Owl’s Head: Gilles Bélanger rêve d’une remontée mécanique reliant le golf à la montagne

Owl’s Head: Gilles Bélanger rêve d’une remontée mécanique reliant le golf à la montagne

Gilles Bélanger

Crédit photo : (Photo Le Reflet du Lac - Pierre-Olivier Girard)

AFFAIRES. Les nouveaux patrons du mont Owl’s Head amorcent la transition à la station touristique du Canton de Potton en mijotant déjà la construction de trois hôtels, tout en souhaitant relier le centre de ski et le club de golf avec une remontée mécanique.

Tels sont quelques-uns des projets dévoilés par le président-directeur général de Destination Owl’s Head, Gilles Bélanger, quelques jours après la prise de possession du 3 avril.

L’homme d’affaires magogois projette d’investir 200 millions de dollars dans un horizon de 10 -15 ans, dont 40 M$ d’ici deux ou trois ans. Les nouveaux patrons se concentreront d’abord à améliorer le système d’enneigement artificiel, à rénover le chalet de ski et à peaufiner quelques unités de condos situées au bas de la montagne.

L’an prochain, M. Bélanger prévoit ajouter une ou deux remontées mécaniques, tout en supprimant la «vieille chaise verte». Des unités d’hébergement s’ajouteront progressivement à partir de 2019.

Le volet hébergement occupe une place importante dans la relance d’Owl’s Head. Trois hôtels d’environ 100 chambres chacun figurent sur les plans des investisseurs. Un condotel dit écoresponsable, jumelant un spa, pourrait s’ériger sur les rives du lac Memphrémagog. S’ajoute un autre établissement hôtelier à la mi-station.

Bélanger n’a pas dévoilé d’échéancier pour la construction de ces deux établissements. Cependant, il souhaite réaliser d’ici trois à cinq ans son rêve de relier la montagne de ski et le club de golf avec une remontée mécanique. Un centre de congrès avec un hôtel de 100 chambres pourrait voir le jour du côté du golf. L’ensemble du complexe pourrait donc accueillir jusqu’à 500 congressistes, tout en les faisant dormir dans ses trois hôtels.

«L’objectif consiste à garder nos visiteurs deux ou trois jours à Owl’s Head, mais une semaine dans les Cantons-de-l’Est, grâce à des partenariats à développer avec les stations de ski voisines», projette M. Bélanger.

L’homme d’affaires dit ne pas vouloir mettre la charrue devant les bœufs pour ses projets, même si le zonage de la municipalité autorise ses plans, selon lui. Des permis restent néanmoins à obtenir, de concert avec les élus et la population, avant d’activer les chantiers.

Bélanger se dit optimiste d’obtenir du financement du gouvernement provincial. Selon lui, une aide financière pourrait être dévoilée dans les prochaines semaines.

Le conseil d’administration de Destination Owl’s Head se compose de Gilles Bélanger (Ilôt Tourigny et Carrefour de santé globale), Mickael Zakuta (Plaza Corp), David Bensadoun (Groupe Aldo) et Dave Girardin (Autobus Girardin).

Bélanger préfère toutefois demeurer discret sur l’identité de la douzaine d’investisseurs contribuant à la relance d’Owl’s Head.

Il annonce tout de même la composition de son équipe, comme Louis Donahue, Étienne Meunier et Francis Roy, qui occuperont des fonctions liées respectivement aux opérations montagne, à l’accueil et au service client, de même qu’aux finances et administration. S’ajouteront Yannick Beaupertuis (Estrimont), Nicolas Taillefer (Course XMan) et Marie-Josée Tessier (Koläb RH).

Fred Korman, qui a dirigé cette station pendant plus de 50 ans, conservera un rôle d’aviseur, ou de «chairman emeritus» auprès des nouveaux patrons.

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Owl’s Head: Gilles Bélanger rêve d’une remontée mécanique reliant le golf à la montagne"

avatar
Gilles Benoit
Invité
Gilles Benoit

Un projet écoresponsable comme semble le souhaiter le promoteur du projet devra notamment intégrer des notions de préservation des paysages autour de la montagne. L’idée d’une remontée mécanique entre le golf et la montagne va à l’encontre de cette notion de protection des paysages.
Ce lien pourrait très bien s’articuler à partir de navettes 100% électriques, qui répondraient aux objectifs sans pour autant hypothéquer davantage l’intégrité des paysages. Soyons conséquents avec le discours de projet vert!