TRIBUNE LIBRE: Potton, Alabama

Stansje Plantenga et Michel Trudel
TRIBUNE LIBRE: Potton, Alabama

Il faut se tourner vers le Sud pour comprendre ce qui se passe présentement dans le Canton de Potton.

Le conseil municipal du Canton vient de retirer le vote par correspondance (VPC) pour les propriétaires non domiciliés. Le paradoxe c’est qu’on le révoque pour les villégiateurs au moment où le gouvernement du Québec oblige les municipalités à l’offrir aux personnes touchées ou vulnérables à la COVID!

Le conseil argumente que le VPC des non-résidents implique des coûts, est sujet à la fraude et n’est pas équitable.

Le coût supplémentaire du VPC des non-résidents serait de 2 000 $. Est-on ici vraiment sérieux? Un montant que la Municipalité n’est pas capable d’assumer pour un exercice démocratique qui survient une fois par quatre ans, et alors qu’elle devra de toute façon l’organiser pour les personnes vulnérables à la pandémie!

La fraude? Potton a tenu trois élections municipales permettant le VPC pour les non-résidents. Jamais, a-t-on entendu le moindre soupçon de fraude. Un argument entendu aux États-Unis, sans preuve, et qui s’avère fort désobligeant pour le Directeur général des élections du Québec qui prescrit les modalités du VPC.

En révoquant le VPC pour les non-résidents, est-ce que le Conseil de Potton améliore l’équité électorale?

Environ le tiers des propriétés dans le Canton de Potton sont des résidences secondaires ; la décision du conseil obligera tous ces contribuables – qui paient environ 40 % des taxes municipales – à parcourir des centaines de kilomètres et à passer trois heures en voiture pour venir exercer leur droit de vote. Ce n’est pas le cas des résidents permanents. Est-ce équitable?

Tous les résidents permanents peuvent voter aux élections municipales. Pour les villégiateurs, ce droit est limité à une personne par propriété. Est-ce vraiment équitable ?

La seule explication à cette décision est la volonté du conseil de contrer le vote des villégiateurs sachant qu’il ne lui est pas favorable.

Il est temps que les contribuables du Canton de Potton choisissent un conseil inclusif, préoccupé par le bien-être de tous les citoyens.

Stansje Plantenga

Michel Trudel

Canton de Potton

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Lynda
Lynda
1 année

Je suis completement d’accord.