Sébastopol et Vorokhta: un coin d’Ukraine chez nous

Maurice Langlois et Serge Gaudreau Membres Société d'histoire de Magog

Sébastopol et Vorokhta: un coin d’Ukraine chez nous
Cette chapelle est située sur le chemin du Lac au Canton de Potton. (Photo : Association du patrimoine de Potton)

Il y a trente ans, le regretté journaliste Gilles Dallaire écrivait dans un article intitulé «Un coin d’Ukraine sur la rive ouest du lac Memphrémagog». «Est-il un coin du Québec qui s’est montré aussi hospitalier que l’Estrie aux gens que les guerres, la famine et les persécutions ont obligés à s’expatrier?».

En effet, Sébastopol, un lieu-dit situé dans Potton, sur la rive ouest du lac Memphrémagog, nous rappelle la présence d’immigrants ukrainiens arrivés dans les Cantons-de-l’Est au début des années 1880. Ils seraient arrivés à la suite du long siège de Sébastopol, en Crimée, par les forces franco-britanniques (1854-1855). Situé à 400 mètres d’altitude à l’est de l’étang Sugar Loaf, ce site offre une vue incomparable sur le lac Memphrémagog, rappelant la vue qu’offrent les Carpates ukrainiennes sur la mer Noire. Bien que le hameau ne soit plus habité depuis le milieu du XXe siècle, ce toponyme est reconnu par le gouvernement du Québec depuis 1983, et apparaît encore sur les cartes topographiques.

Au début des années 1950, près de 200 Ukrainiens s’établissent sur la rive ouest du lac Memphrémagog, à Bolton-Est et dans le canton de Potton. La plupart sont des réfugiés politiques qui, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, ne veulent plus vivre sous la domination de l’Union soviétique. De ces 200, une centaine s’installent sur le chemin du Lac, entre Vale Perkins et Knowlton Landing. Les premiers à s’y installer sont Ivan et Stefania Telichewsky, deux immigrants venus d’Ukraine. Un petit hameau est créé et porte le nom de Vorokhta (Bopoxta en Ukrainien), d’après le nom d’une station balnéaire des Carpates. En 1954, un modeste temple dédié à Saint-Jean-Baptiste est construit sur un terrain donné par Ivan et Stefania. Cette petite chapelle est construite de bois à l’image des églises de la région des Carpates. 

En 1985, à l’occasion du millénaire de la conversion de l’Ukraine au catholicisme, et à l’initiative de Wolodymyr Bodnar (1927-2022), ce modeste lieu de culte est agrandi selon les plans de l’ingénieur Myron Monczak (1924-2010), et décoré par des Ukrainiens bénévoles. Arrivé à Potton en 1954, Bodnar est l’animateur de la petite communauté ukrainienne et tous les dimanches durant l’été, un prêtre venant de Montréal célèbre l’office divin en Ukrainien. Bien que non utilisée, la chapelle, devenue propriété privée, peut être vue du chemin du Lac. En 2022, trois chemins portent encore des noms ukrainiens : Vorokhta, Vitayemo (bienvenu en ukrainien) et Odessa, pour une importante ville portuaire d’Ukraine sur la mer Noire.

Maurice Langlois

Serge Gaudreau

Membres Société d’histoire de Magog

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Anne Tourigny
Anne Tourigny
16 jours

Merci, très interessant. Une partie méconnue de notre histoire.

Daniel Gagnon
Daniel Gagnon
16 jours

C’est une triste répétition de l’Histoire! Mais nous pouvons accueillir à nouveau avec plaisir dans notre région les Ukrainiens qui fuient la guerre. Il s’agit d’un beau peuple courageux qui lutte pour la liberté, un peuple valeureux qui se défend contre un ennemi cruel qui l’a agressé sans raison. On peut chaque jour espérer un autre synopsis et nous n’en croyons pas nos yeux d’en être arrivés là ! Quel cauchemar pour eux ! Le témoignage de douleur de ce peuple martyr ukrainien s’impose à nous quotidiennement, plein de grandeur et de l’humanité.

Last edited 16 jours by Daniel Gagnon