La sonde DART de la NASA s’est écrasée sur un astéroïde pour modifier sa trajectoire

The Associated Press
La sonde DART de la NASA s’est écrasée sur un astéroïde pour modifier sa trajectoire

CAPE CANAVERAL, Fla. — Une sonde spatiale de la NASA a percuté avec succès un astéroïde à une vitesse fulgurante, lundi soir, lors d’une mission qui visait à se préparer au moment où un tel rocher mettra réellement la Terre en danger.

Cette prouesse scientifique s’est produite à près de 10 millions de kilomètres de la Terre. La sonde spatiale nommée Dart a frappé le petit astéroïde inoffensif à une vitesse de plus de 22 500 km/h, vers 19h14, comme prévu.

Les scientifiques s’attendaient à ce que l’impact creuse un cratère, projette des roches dans l’espace et, surtout, modifie l’orbite de l’astéroïde.

Les télescopes du monde entier visaient le même point du ciel pour capturer le spectacle. Sur les images en direct fournies par la NASA, l’impact a été évident.

L’astéroïde, qui ne représentait au départ qu’un maigre point blanc sur un fond noir, a rapidement rempli l’écran, signe que la sonde venait d’entrer en contact avec lui. C’est à ce moment que le signal transmis par Dart s’est brusquement interrompu.

Pendant ce temps, les membres de l’équipe de la mission étaient réunis dans une salle de contrôle, et ont observé le spectacle avec enthousiasme. Dans les derniers instants avant l’impact, ils ne pouvaient plus transmettre de nouvelles commandes à la sonde, mais tous dans la salle savaient que leur objectif allait être atteint.

«Impact confirmé!» s’est exclamée la cheffe de mission Elena Adams en sautant les bras en l’air.

Les contrôleurs ont applaudi, se sont enlacés et ont échangé des tapes dans les mains. Leur mission terminée, l’équipe de Dart est passée directement en mode célébration. Personne n’était déçu de la «mort» de la sonde.

«C’était son destin», a rappelé Betsy Congdon, responsable mécanique de Johns Hopkins.

Un mini satellite a suivi quelques minutes derrière pour prendre des photos de l’impact. Le Cubesat italien s’était détaché de Dart il y a deux semaines.

Les scientifiques ont insisté sur le fait que Dart ne briserait pas Dimorphos. La sonde ne pesait que 570 kilogrammes, tandis que l’astéroïde pèse 5 milliards de kilogrammes. La sonde devait malgré tout être suffisamment lourde pour réduire l’orbite de l’astéroïde.

«Pour autant que l’on puisse dire, notre premier test de défense planétaire a été un succès» a affirmé la cheffe de mission Adams en soirée devant les médias.

Une Québécoise, Julie Bellerose, participait d’ailleurs à cette mission comme cheffe de navigation.

«Il y a eu beaucoup d’émotions dans les derniers moments critiques, a souligné Mme Bellerose en point de presse. Nous avons eu quelques surprises au cours des dernières semaines, donc nous nous sommes liés d’amitié les uns les autres. 

«C’était vraiment soulageant de voir que tout s’est bien passé, et du point de vue de la navigation, tout s’est vraiment bien passé.»

L’ingénieure a toutefois avoué avoir versé une petite larme au moment où la sonde s’est écrasée sur l’astroïde.

Même si l’impact a été évident, il faudra des jours, voire des semaines, pour déterminer à quel point la trajectoire de l’astéroïde a été modifiée.

La mission de 325 millions $ US était la première tentative de déplacer la position d’un astéroïde ou de tout autre objet naturel dans l’espace. La sonde avait été lancée en novembre 2021.

– Avec des informations de La Presse Canadienne

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires