Vers une destination internationale de vélo?

Par Dany Jacques
Vers une destination internationale de vélo?
Les acteurs du milieu touristique préviennent tous les usagers de la route

VÉLO. L’industrie touristique ouvrira bientôt la machine pour attirer davantage de cyclistes dans les Cantons-de-l’Est. Memphrémagog en recevra un bon nombre grâce à la beauté de ses paysages, mais est-ce que les routes et surtout les automobilistes sont prêts à les accueillir?

Tourisme Memphrémagog et Tourisme Cantons-de-l’Est collaborent à un plan de développement pour identifier les meilleures zones à pédaler pour les cyclotouristes, les familles et les cyclosportifs.

La région est déjà bien équipée à ce niveau grâce à de belles routes sécuritaires et des pistes cyclables clairement identifiées, selon la directrice générale de Tourisme Cantons-de-l’Est, Francine Patenaude. «Nous sommes bien pourvus, mais nous devons améliorer la sécurité sur nos routes pour offrir un produit de qualité internationale. On veut devenir une destination de choix pour les Québécois, mais aussi pour les Ontariens et les Américains», souhaite-t-elle.

L’un des principaux défis à surmonter consiste à développer une culture de vélo sur nos routes. En d’autres termes, améliorer la cohabitation entre cyclistes et automobilistes qui se partagent la voie publique. Mme Patenaude rêve d’une harmonie comme elle existe dans certains États américains et en Europe.

Elle invite les cyclistes à emprunter les plus beaux tronçons alliant paysage et sécurité avant que l’industrie touristique, les élus et le ministère des Transports accentuent leur collaboration pour penser à la sécurité des usagers avant l’asphaltage des routes. Les accotements ne sont pas toujours assez larges pour la circulation des vélos, et Mme Patenaude en est consciente. «On a des endroits extraordinaires comme entre Waterloo et Granby, mais d’autres tronçons de la Route verte, par exemple, restent à faire pour améliorer la sécurité», avoue-t-elle en pensant à la section à Eastman qui fait partie de la piste cyclable qui traverse la province.

Memphrémagog, future destination vélo

La MRC de Memphrémagog emprunte cette voie en regroupant autour d’une table les intervenants associés à la sécurité publique, aux clubs de vélo, aux municipalités, au tourisme et au ministère des Transports.

Le préfet de la MRC, Jacques Demers, promet des actions à entreprendre pour améliorer la destination vélo dans la région. Il cite en exemple l’amélioration des panneaux de signalisation, des cartes à modifier, des circuits adaptés au calibre des cyclistes, etc. «Ce n’est pas agréable pour une famille lorsqu’elle emprunte une section avec de fortes pentes. L’inverse est vrai aussi pour les cyclistes aguerris qui roulent sur une route plane après avoir consulté une carte», mentionne-t-il.

Pour se faire, il prévient tout de même tous les usagers de la route, cyclistes, piétons, automobilistes et camionneurs qu’ils devront mettre de l’eau dans leur vin pour cohabiter de façon harmonieuse. «La sensibilisation devra se faire sur les deux côtés. On a tous observé des comportements à éviter, autant chez les automobilistes que chez les cyclistes. Des autos collent parfois trop les cyclistes, mais ceux-ci devaient parfois faire leur arrêt aux intersections. Ce n’est pas toujours les automobilistes qui sont les méchants», résume-t-il.

Il invite les Municipalités à imiter sa ville, Sainte-Catherine-de-Hatley, qui paie l’accotement lorsque le ministère des Transports pave ses routes, comme cela a été fait sur les routes 108 et 216. Sainte-Catherine pavera bientôt quatre kilomètres supplémentaires sur le chemin de la Montagne. D’ici un ou deux ans, cette route sera entièrement pavée pour relier Sainte-Catherine et Ayer’s Cliff.

Comme autres actions possibles, M. Demers cite les études de faisabilité concernant des navettes par bateau sur les lacs Massawippi (entre North Hatley et Ayer’s Cliff) et Memphrémagog (entre Ogden et Mansonville). Selon le préfet, ces moyens de transport permettraient de bonifier l’offre de vélo tout en améliorant la sécurité sur les routes.

 

Autres textes:

«Prenons le virage vélo»

«Un cycliste ne gagnera jamais contre un camion»: un adepte du vélo prévient ses comparses téméraires

 

Pas de plainte à la police

Du côté de la Régie de police Memphrémagog, qui couvre les municipalités de Magog, Austin, Orford et Sainte-Catherine-de-Hatley, on ne remarque aucune plainte ni accident impliquant des cyclistes cet été.

Bien qu’il se dit conscient que les accidents ne sont pas tous rapportés, le lieutenant Sylvain Guay assure que son territoire ne représente pas un cas problème en matière de cohabitation sur les routes. «On a déjà eu des plaintes par le passé pour de larges pelotons sur le chemin de la Rivière et des Pères, mais sans plus», dit-il.

M. Guay rappelle que le Code de la route oblige les automobilistes à doubler les cyclistes en respectant une distance d’un mètre dans une zone de 50 km/h et de 1,5 m dans une zone de 50 km/h et plus.

Quant aux cyclistes, ils doivent rouler en file indienne et dans un groupe de 15 personnes maximum. Ils doivent également respecter des notions de base comme les arrêts et les feux de circulation, rouler dans le sens de la circulation et pas sur les trottoirs.

Sylvain Guay recommande la prudence et propose aux cyclistes de bien sélectionner leur parcours avant de s’élancer sur les routes. Il suggère des routes comme la 216, ou les chemins d’Ayer’s Cliff, Alfred-Desrochers ou Benoît. Il déconseille cependant les chemins des Pères, de Georgeville et la route 112.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires