«Une grosse année à prévoir» – Christian Provencher

Par superadmin
«Une grosse année à prévoir» – Christian Provencher
(Photo : gracieuseté - Depositphotos - stu99)

ENSEIGNEMENT. L’année scolaire de 2015-2016 est une boîte à surprises pour les gestionnaires qui attendent cet automne les résultats du projet de loi abolissant notamment les élections scolaires.

Par Maryse Mathieu

La rentrée des élèves sur les bancs d’école ce 27 août se conjugue également avec des moyens de pression à prévoir pour le renouvellement de la convention collective de l’ensemble du personnel. Pour les parents, ils devront assumer cette année l’augmentation des frais de service de garde de la Commission scolaire des Sommets (CSS) applicable lors de journées pédagogiques. Il s’agit de l’un des impacts des restrictions budgétaires imposées par le ministère de l’Éducation.

«L’augmentation est de 2 $. Le montant passe de 8 $ à 10 $ et ça exclut le prix s’il y a une activité. Le service de garde doit s’autofinancer, précise Christian Provencher, directeur général de la CSS. Dans certaines commissions scolaires, l’augmentation grimpe à 16 $.»

Ne connaissant pas les détails du projet de loi à venir, ni même si les impacts pourraient épargner l’année scolaire qui débute, M. Provencher affirme que les gestionnaires agissent pour l’instant comme si aucune modification n’était à prévoir d’ici juin. «On apprend les informations par les journaux», laisse-t-il tomber, laissant entrevoir une certaine amertume et l’impatience d’en savoir davantage pour faciliter la prise de décisions.

Il soutient néanmoins que la première séance du conseil des commissaires de la CSS a eu lieu le 18 août dernier comme d’habitude. «On gère comme s’il n’y avait pas de changement, dit-il, ajoutant ne pas savoir non plus quel sera l’échéancier des décisions du ministre de l’Éducation François Blais, dont son projet de loi sur la gouvernance et la restructuration du réseau scolaire devrait être dévoilé possiblement vers la fin du mois de septembre ou au début du mois d’octobre.

Il y est notamment question de fusionner des commissions scolaires. Lors de l’annonce de cette possibilité en novembre 2014, plusieurs d’entre elles avaient émis leurs inquiétudes, dont la CSS. Celle-ci pourrait fort bien se retrouver engloutie dans une mégastructure de 40 000 élèves, incluant ceux de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) et des Hauts-Cantons, en plus d’une partie de la CS des Appalaches et de la CS de la Beauce-Etchemin.

La rentrée scolaire en chiffres

8200 – Élèves de la Commission scolaire des Sommets

4000 – Élèves dans la MRC de Memphrémagog

5300 – Élèves transportés en autobus

95 – Autobus effectuant 750 parcours

*Ces données excluent les quelques 1400 élèves en formation professionnelle et l’éducation des adultes

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires