Un changement de garde s’opère à la direction générale de LAMRAC à Magog

Par superadmin
Un changement de garde s’opère à la direction générale de LAMRAC à Magog
(Photo : Le Reflet du Lac - Archives/Dany Jacques)

Un nouveau visage sera bientôt aux commandes de l’Association du marais de la rivière aux Cerises (LAMRAC) avec le départ de l’actuelle directrice générale, Stéphanie Houde. 

Celle qui dirige l’organisation depuis une quinzaine d’années relèvera un nouveau défi professionnel dans sa région natale, le Saguenay-Lac-Saint-Jean. Elle quittera officiellement ses fonctions à la fin du mois de mai. Comme l’explique le président de LAMRAC, Éric Sévigny, une trentaine de candidats ont manifesté leur intérêt au terme de l’appel de candidature, qui a pris fin le 12 mai dernier.

«On cherche une personne avec un profil de gestion qui possède une certaine connaissance dans le domaine des organisations sans but lucratif. La personne devra aussi trouver des solutions pour combler le manque à gagner de la subvention de la Ville de Magog, qui a été revue à la baisse», explique Éric Sévigny.

Un comité de sélection a été formé pour analyser l’ensemble des curriculums vitae. Les meilleurs remplaçants potentiels les plus intéressants seront rencontrés dans les semaines à suivre. L’objectif est de choisir le nouveau gestionnaire le plus rapidement possible puisque son entrée en poste coïncidera avec le début d’un chantier majeur à LAMRAC, soit la réfection des sentiers sur pilotis.

À ce sujet, l’organisme a été contraint de retourner en appel d’offres puisque le premier essai s’est soldé par un seul soumissionnaire, dont le prix était «substantiellement» plus élevé que les estimations selon le président. «On a pris la décision de raffiner le devis afin qu’il soit moins contraignant. On accepte aussi une certaine part de risque, ce qui n’était pas le cas dans le premier devis et cela s’est traduit par des coûts beaucoup trop élevés. Et comme organisme mandaté par la Ville de Magog, il est impératif de respecter l’enveloppe budgétaire», conclut Éric Sévigny.

À moins que d’autres imprévus surviennent, les travaux sur une section d’environ 830 mètres sur le sentier du Pionnier commenceront dès cet été. Le chantier doit être terminé au plus tard le 31 décembre prochain pour que LAMRAC bénéficie d’une subvention de 500 000 $ offerts par le gouvernement fédéral.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires