Travaux de 100 000 $ complétés à l’Île du marais

Par superadmin
Travaux de 100 000 $ complétés à l’Île du marais
Quelques membres dévoués de l’Île du Marais : à l’avant

SENTIERS. Un petit bijou de la nature, l’Île du marais, est maintenant complètement accessible à la population après avoir subi des améliorations majeures frôlant les 100 000 $. Ce paradis d’ornithologues propose de nouvelles passerelles et un belvédère offrant une vue imprenable sur le lac Magog.

Par Maryse Mathieu

Une bonne trentaine de personnes brûlaient d’envie de découvrir les nouveaux aménagements tout de suite après l’inauguration des lieux par une belle matinée ensoleillée le 10 septembre dernier. Situé à Sainte-Catherine-de-Hatley, l’endroit qui attire près de 600 visiteurs par mois, offre désormais des tables à pique-nique et des sentiers qui se rendent jusqu’à l’île du Marais, au-delà de l’ancienne chaudière de locomotive abandonnée servant de pont.

«Au cours des deux dernières années, on a ajouté près de 750 pieds de nouvelles passerelles et refait un belvédère d’observation d’oiseaux surélevé de près de trois mètres et demi. On a refait des sentiers en solidifiant nos bases aussi», recense Marc Hurtubise, président de l’Île du Marais, qui rappelle que les panneaux et bornes de signalisation ont également été remplacés.

Aux amis, connaissances et membres du conseil d’administration de l’organisme présents, il a souligné l’implication de nombreux bénévoles, dont Louise Cousineau, dévouée à la protection des lieux depuis 30 ans. À ses côtés, John Boynton, âgé de 91 ans, un des fondateurs de l’organisme. L’homme de sagesse a remis avec émotion son bâton du marcheur à la trésorière Monique Morin. Un geste symbolique qui se passe d’un trésorier à un autre.

Près de 200 espèces d’oiseaux sur 150 hectares

Le site qui attire des ornithologues de partout, même de l’Europe et des États-Unis, accueille aussi de nombreux groupes scolaires et universitaires. «C’est une des meilleures aires de nidification au Québec», affirme M. Hurtubise qui ajoute que de grosses tortues serpentines et peintes s’y trouvent en grand nombre. Il raconte qu’un groupe de l’Université de Sherbrooke en a identifié plus de 72 en moins de 48 heures récemment.

L’organisme à but non lucratif a été soutenu par de nombreux partenaires financiers pour la réalisation des travaux, dont Développement économique Canada, le Pacte rural de la MRC de Memphrémagog, la Caisse Desjardins du Lac-Memphrémagog, la Fondation Massawippi et la municipalité de Sainte-Catherine-de-Hatley.

L’an prochain, ce sera au tour de l’entrée du marais à subir quelques améliorations.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires