Recomptage autorisé dans le district #1 à la Ville de Magog

Par superadmin
Recomptage autorisé dans le district #1 à la Ville de Magog
Georgianne Gagnon veut dissiper tout doute sur le résultat des dernières élections en demandant un dépouillement judiciaire.

Il y aura finalement recomptage dans le district #1 à la Ville de Magog, où la victoire est allée à Jean-François Rompré par seulement six voix.

Cette demande a été adressée par la grande perdante de l’élection du 5 novembre dernier, Georgianne Gagnon. La principale intéressée avait été déclarée gagnante par erreur puisque les résultats ont été mal rentrés dans un logiciel servant à la diffusion. Si bien que Mme Gagnon s’est couchée comme nouvelle conseillère municipale désignée, avant d’apprendre la mauvaise nouvelle en prenant son café le lendemain matin (voir autre texte)..

Le recomptage judiciaire se fera en présence d’un juge lundi prochain, au palais de justice de Sherbrooke. Tous les bulletins de vote du district seront recomptés, un à un, en présence, outre la juge, de la présidente d’élection, Me Sylviane Lavigne et des candidats ou leurs représentants.

Comme l’explique Mme Lavigne, cette procédure se fait sous haute surveillance, et ce, en plus d’être soumises à des règles strictes du Directeur général des élections. Par exemple, la présidente d’élections transportera les urnes contenant les bulletins de vote à la Cour, sous escorte policière. D’ailleurs, elle est la seule à avoir la clé de la voûte où sont entreposées les urnes depuis le soir du scrutin. De plus, avant d’être entreposée à cet endroit, chaque urne a été transportée en présence d’au moins deux personnes, de manière à ne jamais laisser ce matériel entre les mains d’un seul témoin.

«Parfois, les gens trouvent ces mesures de protection un peu exagérées, mais c’est nécessaire, assure Me Lavigne. De cette façon, on élimine toute possibilité de doute voulant qu’il y ait eu une manipulation des votes. S’il y a demande de recomptage, il faut montrer patte blanche devant le juge», ajoute la responsable.

Dans sa carrière, Sylviane Lavigne a vécu un seul dépouillement judiciaire. Il faut remonter en 1998 et il s’agissait également d’une élection pour un siège de conseiller municipal. Finalement, le résultat final était demeuré inchangé. «Dans la majorité du temps, le résultat reste le même, mais on ne sait jamais. Personne n’est à l’abri d’une erreur même si notre personnel d’élections est très bien formé», conclut-elle.

Les frais encourus pour ce recomptage sont assumés par Georgianne Gagnon.

Rappelons que Jean-François Rompré a récolté 516 votes aux dépends de Mme Gagnon (510 votes) et du conseiller sortant Robert Ranger (435). Pour ce district, 12 bulletins de vote ont été rejetés.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires