Rare maison de 5 M$ vendue au Memphré

Par Dany Jacques
Rare maison de 5 M$ vendue au Memphré
Une maison d'invités en bois rond prend aussi place sur la propriété.

IMMOBILIER. Une résidence de prestige a récemment été vendue au coût de 5 M$ sur les rives du lac Memphrémagog, une rare transaction de cette ampleur selon les représentants de la firme Century 21 Estrie.

Ce luxueux domaine du chemin de Georgeville, situé entre les Villas de l’Anse et le village de Georgeville, avait une évaluation foncière chiffrée à 3,1 M$.

Cette vente fait dire au courtier immobilier Daniel Leblanc, qui a été l’intermédiaire dans cette transaction, que le marché des résidences secondaires est à la hausse. «On a vu des ventes à rabais, il y a quelques années, mais aujourd’hui on voit de plus en plus d’acheteurs cogner à la porte», explique-t-il.

Signe que le marché des résidences de prestige remonte la pente, cette résidence était à vendre 5,9 M$ depuis six ans, mais n’avait reçu qu’une seule offre jugée insuffisante. «Ces dernières semaines dans la même journée, nous avons reçu deux propositions pour cette même maison, dont une a été acceptée», ajoute M. Leblanc.

Cette rareté immobilière a une façade de 712 pieds au lac Memphrémagog et une plage offrant une vue sur le mont Orford. Le terrain de neuf acres (397 000 pieds carrés) comprend une maison de cinq chambres et un plafond cathédrale de 20 pieds au salon ainsi qu’une maison d’invités en bois rond.

Pour M. Leblanc, il s’agit de sa plus importante vente en 25 ans de carrière. Sa seconde plus importante a eu lieu en septembre 2016 sur le chemin de la Baie, à Magog, au coût de 4,1 M$.

Il s’agit d’une rare transaction de cette ampleur autour du lac Memphrémagog depuis quelques années, hormis la vente de 13 M$ de la propriété de la rue Verchères, toujours à Magog. M. Leblanc a observé trois transactions de plus de 4 M$ en deux ans, mais pas de 5 M$.

Autre signe que le marché immobilier des résidences de prestige s’internationalise, le plus récent acheteur est un Québécois travaillant en France, tandis que la transaction de 4,1 M$ de septembre 2016 a été signée avec un Français.

Maxime Pothier, nouveau copropriétaire de la bannière Century 21 Estrie, ajoute qu’il s’agit de l’une des plus importantes transactions des dernières années. Il la place parmi les trois plus élevés depuis une quinzaine d’années dans la région.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires