Quatre bars laitiers craignent l’arrivée du géant Dairy Queen

Par superadmin
Quatre bars laitiers craignent l’arrivée du géant Dairy Queen
Les propriétaires des crèmeries du centre-ville de Magog : Louise Picard

COMMERCES. Le géant américain Dairy Queen serait sur le point de s’installer dans l’ancienne Rôtisserie Fusée, sur la rue Merry Nord, à Magog. Les quatre petites crèmeries du centre-ville craignent d’être dévorées par la franchise internationale.

Ce qui inquiète le groupe de petits commerçants, c’est la proximité de Dairy Queen (DQ) du centre-ville, alors que tout près il y a aussi le restaurant McDonald’s qui offre des produits laitiers. Si le nouveau joueur aurait visé à l’extérieur de ce périmètre, ils dormiraient plus tranquilles. «Le marché est déjà saturé. Ça met en danger la viabilité de nos bars laitiers», appréhende Luc Tétreault, copropriétaire de La Lichette, avec Marie-Josée Leduc.

À ses côtés, Louise Picard de la Crémerie Magog et Nancy Croteau de l’Ère de glace, qui s’entendent pour dire qu’il est d’autant plus inquiétant d’observer que les touristes seraient en baisse constante depuis 2012 à Magog. Ce qui se traduit par moins de clients à leur comptoir laitier. Et ce ne serait pas en raison de l’arrivée d’un quatrième bar laitier cet été-là.

Une donnée confirmée par les représentants de produits, affirment-ils. «Ils disaient c’est curieux, vous êtes parmi les seuls à baisser au Québec», déplore M. Tétreault qui rappelle qu’ailleurs, les bars laitiers ont presque tous vécu un été record. «Moi, cet été (2014) à Sherbrooke, ça été mon plus gros été», note Mme Picard, également propriétaire de la Crèmerie du parc, près du lac des Nations.

Réglementation

Les commerçants ont rencontré la mairesse de Magog, Vicki May Hamm, le 8 octobre dernier, pour demander si la Ville pouvait intervenir. «La seule chose serait de faire un contingentement. Mais ce n’est pas souhaitable. Car après, on risque d’être pris avec, comme dans le cas où un commerce veut agrandir», explique-t-elle. La mairesse soutient qu’une étude est en cours avec la Fondation Rues Principales qui permettra un inventaire des commerces, en plus de déterminer ceux qui manquent à l’offre locale.

Cliquez ic pour lire d’autres réactions

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires