Près de 500 enfants ont mangé grâce à la Banque alimentaire

Par superadmin
Près de 500 enfants ont mangé grâce à la Banque alimentaire
La pandémie a eu un impact négatif sur la situation financière de certaines personnes qui font maintenant appel aux services d’aide alimentaire pour mieux boucler leur budget. (Photo : Le Reflet du Lac - Archives)

AIDE. En l’espace d’un an, 989 personnes ont eu recours à la Banque alimentaire Memphrémagog pour se nourrir. De ce nombre, tout près de la moitié, soit 385, sont des enfants.

Difficile pour la directrice générale, Suzanne Lafleur, d’expliquer ces chiffres qui démontrent que plusieurs familles, surtout des jeunes, en arrachent particulièrement. On parle au total de 366 enfants aidés par le dépannage alimentaire et 119 autres grâce au programme des «P’tites Boites à lunch».

«On fait le constat d’une réalité bien présente, mais on ne peut pas l’expliquer pour l’instant. Les jeunes familles ont visiblement besoin d’aide. On veut être là pour les soutenir à court terme, mais aussi à plus long terme pour qu’ils deviennent plus autonomes.»

L’organisme, qui œuvre dans la communauté depuis bientôt 25 ans, entend développer des partenariats avec d’autres organismes et même des établissements scolaires pour aider ces parents à compléter leurs études ou retourner sur les bancs d’école.

Des emplois pas assez payant

Il n’y a pas que des gens sans revenu ou sur l’aide sociale qui cognent à la porte de la BAM. Parmi tous les clients servis au cours de la dernière année, 11 % sont des personnes qui ont un emploi à temps plein ou à temps partiel.

«À la dernière guignolée, le thème était le visage de la pauvreté change. On en a la preuve ici. De plus en plus, on aide des parents monoparentaux, surtout les mères, qui n’arrivent pas à joindre les deux bouts, même s’ils travaillent.»

Notons que 468 familles ont reçu un soutien de l’organisme.

Des dons à la poubelle

La communauté a été particulièrement généreuse cette année alors que 72 150 kilos de nourriture ont été remis à l’organisme. Il s’agit d’une hausse significative comparativement à l’année précédente (59 794 kg) et à il y a deux ans (48 097 kg).

Par contre, tous ces dons n’ont pas terminé dans des assiettes. En plus du triage habituel, la BAM a été prise de court par un fort volume de légumes provenant de producteurs maraîchers. «En septembre, on a reçu énormément de légumes. C’était difficile à gérer, car les aliments frais ne se conservent pas très longtemps. On en a distribué, mais pour le reste, on n’a trouvé personne avec une cuisine respectant les normes du MAPAQ pour les transformer. Ça nous a vraiment fendu le cœur, mais on a aussi appris de cette situation.»

Concrètement, il y a eu 3858 kg de nourriture perdue comparativement à 2028 kg en 2013-2014.

Dans un ordre autre d’idées, l’événement «Vins et fromages» se tiendra le 16 octobre prochain, au Club de golf Venise. Les billets sont déjà en vente au 819 868-4438.

Plein de projets d’ici 2018

Épicerie sociale – Inspirée de l’organisme Moisson Estrie, ce projet vise à permettre aux usagers de choisir eux-mêmes leurs aliments plutôt que de recevoir un panier déjà fait. À l’image d’une miniépicerie, avec des étalages et des réfrigérateurs. Prévu en 2016.

Service d’achat collectif – Fort populaire depuis son lancement il y a un an, ce service offre la possibilité d’acheter des produits sains, comme du lait et des œufs, à 50 % du prix en magasin. La BAM bonifiera ce service par l’achat d’équipements en utilisant notamment un don de 2500 $ de la Fondation de l’hôpital Memphrémagog. Prévu en 2015.

Point de distribution à Stanstead – Une fois par mois, depuis avril, la BAM prépare et envoie des paniers à des familles de Stanstead, dont la distribution locale se fait par des bénévoles de la place. Au départ, trois familles étaient soutenues et à la dernière distribution, il y en avait dix. Si la formule est un succès, d’autres municipalités pourraient s’ajouter. Prévu en 2015.

Contribution des restaurants – La BAM entend solliciter les restaurants du coin. À l’image du Pub du Pont qui donne dix gallons de sauce à spaghetti par année, l’organisme aimerait que plus de restaurateurs fassent la même chose avec d’autres recettes (souper, chili, etc.). Prévu en 2018.

Si vous aimez les chiffres…

374 000 $ – Valeur des aliments distribués

7710 – Heures de bénévolat effectuées

5 $ – Ce don permet d’offrir trois repas

4393 – Repas chauds servis dans les écoles

13 685 $ – Surplus budgétaire prévu pour 2015-2016

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires