Le presbytère Saint-Patrice : un vieux témoin de notre histoire

Par superadmin
Le presbytère Saint-Patrice : un vieux témoin de notre histoire
Photo du presbytère construit en 1891. On y voit le curé Charles-Édouard Milette posant fièrement devant son nouveau presbytère. À droite

Avec l’incertitude qui règne sur l’avenir du presbytère Saint-Patrice, la question de la date de sa construction a été mise en cause. Or, des documents de diverses sources, dont les archives de l’archidiocèse, nous indiquent que la structure de base du presbytère actuel date de 1891.

Depuis son existence, la paroisse Saint-Patrice a eu deux presbytères. À la fin des années 1830, quelques familles irlandaises arrivent à l’Outlet et dans la région du lac Memphrémagog. Il s’agit des Cassidy, Donahue, Donigan, Gallagher, McNamara, Smith, etc. Des prêtres missionnaires y venaient sur une base irrégulière, ce qui ne répondait pas aux besoins de ces fervents catholiques. Entre 1859 et 1861, ces pionniers érigent une chapelle sur le site du centre communautaire actuel et la consacrent à leur patron, St. Patrick. C’est en 1876, sous le troisième curé de la mission, François-Xavier Poulin, que fut construit le premier presbytère, à côté de la chapelle.

Depuis 1885, les Sœurs de Sainte-Croix enseignaient aux filles et aux garçons dans le vieux collège, situé au coin des rues Saint-Patrice et du Collège. En 1891, la nouvelle commission scolaire décide de séparer les filles des garçons. Les premières recevront désormais leur enseignement dans la chapelle, et dans le presbytère. Celui-ci doit subir des transformations pour que l’enseignement y soit dispensé et pour loger les sœurs. Un nouveau presbytère s’impose et il est construit à côté du soubassement de l’église actuelle, construit en 1887.

Dans le journal de Sherbrooke, Le Peuple, du 27 février 1891, on peut lire, en page 3 : «Les plans pour le nouveau presbytère sont préparés et le contrat pour sa construction devra se donner d’ici à quelques semaines. Ce sera un bel et solide édifice en brique, d’architecture sévère et monastique; il aura deux étages avec toit français.». Dans le même journal du 8 mars, «Les contrats sont signés avec M. Wallace pour la fourniture du bois de construction pour un montant de 2 000 $. Le deuxième contrat est signé avec M. David Pepin jr. pour l’ouvrage de menuiserie et le travail de la brique». Le 22 octobre 1891, sur l’invitation du curé Charles-Édouard Milette, les Sœurs quittent sans regret leur vieux collège pour habiter l’ancien presbytère, adapté à leurs besoins. Le nouveau est donc terminé.

Vers 1894-95, la chapelle et l’ancien presbytère doivent disparaître pour faire place à un couvent, construit par la commission scolaire pour les Sœurs de Sainte-Croix. La chapelle est démolie, et le presbytère déménagé au coin nord-ouest des rues St-Patrice et Abbott où il deviendra une résidence (455 St-Patrice O.).

Au cours des années, le nouveau presbytère a subi de nombreuses transformations. Peu après l’arrivée du curé François-Xavier Brassard en 1908, le presbytère subit une première rénovation. À une assemblée des paroissiens du 8 juillet 1917, il est proposé et décidé de construire un troisième étage en relevant la toiture. Vers 1934, le curé Léon Bouhier, arrivé l’année précédente, réalise une cure de rajeunissement au coût de 11 000 $ en prévision des célébrations du 50e anniversaire de l’érection canonique de la paroisse en 1936. Le 26 janvier 1948, un violent incendie cause des dommages évalués à plus de 60 000 $, et des réparations majeures s’imposent.

Les dernières rénovations d’importance ont été faites en 2004, alors que l’archevêque autorise un budget de 700 000 $ lors de l’entente avec les Ursulines de Stanstead qui doivent se relocaliser. Cette entente pend fin en mai 2016. En dépit de toutes ces transformations, il n’y a aucun doute que la construction de base de cet édifice de brique date de 1891. On lui attribue une valeur patrimoniale supérieure.

 

Maurice Langlois

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires