Le corridor de sécurité, ce n’est pas juste sur les autoroutes

Par superadmin
Le corridor de sécurité, ce n’est pas juste sur les autoroutes
Le lieutenant à la gendarmerie de la Régie de police de Memphrémagog (Photo : Le Reflet du Lac - Archives/Pierre-Olivier Girard)

La Régie de police de Memphrémagog lance un appel à la prudence en rappelant aux automobilistes que les règles entourant le corridor de sécurité s’appliquent également en milieu urbain et non seulement sur les autoroutes.

De l’aveu même du lieutenant Sylvain Guay, il est surprenant qu’aucun de ses collègues de travail n’ait été blessé à ce jour en procédant à une interception en bordure de la route. Le problème, qui est très fréquent selon lui, réside dans le fait que les véhicules passent trop près des policiers en intervention. Une situation que le lieutenant Guay attribue davantage à une méconnaissance plutôt qu’à un geste volontaire de ceux qui en sont les auteurs.

«Il faut que le monde se réveille, car c’est la vie de nos policiers qui est en jeu, affirme-t-il. Ce n’est pas normal qu’un patrouilleur se fasse frôler par une voiture. Le pire, c’est que nos agents voient ce genre de comportement presque tous les jours.»

Comme sur les grands axes routiers, les usagers de la route doivent réduire leur vitesse lorsqu’ils aperçoivent une autopatrouille en milieux urbain et rural. Il est aussi obligatoire de s’éloigner le plus possible des véhicules d’urgence en changeant de voie, si possible. «Si un conducteur roule trop vite ou passe trop près du policier, il s’expose à une amende de plus de 300 $ et trois points d’inaptitude. Et s’il fait les deux, il recevra une double amende, donc c’est un pensez-y-bien», avise Sylvain Guay.

Notons que le corridor de sécurité s’applique à tout véhicule d’urgence, de même qu’aux dépanneuses.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires