José Pouliot persiste et signe… un thriller

Par Vincent Cliche
José Pouliot persiste et signe… un thriller
José Pouliot signe un thriller intitulé Opération Daddy Boomer

José Pouliot, cet artiste qui a semé la controverse il y a de cela bientôt six ans avec des œuvres que plusieurs médias ont jugé trop osées, voire sexuelles, troque son pinceau pour un autre type de plume. En effet, il signe un thriller intitulé Opération Dady Boomer, non pas pour se venger de toute cette affaire, mais bien pour se libérer émotionnellement.

À l’été 2001, José Pouliot a présenté une exposition intitulée «Femmes paysages» au Café Croûte Ma Gogue durant l’affaire Rénald Côté. L’animateur vedette de TQS, Jean-Luc Mongrain, a qualifié ses tableaux d’incitatifs à la pédophilie. Une enquête policière a conclu qu’il ne s’agissait que d’une démarche artistique. «Mon avocat m’avait dit de poursuivre tous ces gens qui avaient tenu des propos malsains à mon égard, commence M. Pouliot. Cependant, j’ai préféré ne pas entrer en mode vendetta. Toute cette histoire m’a plutôt donné le goût d’une chose: écrire.»

Et c’est justement ce qu’il a fait. Le résultat en est un «évacuateur» qui sera publié d’ici la fin de l’année par une maison d’édition montréalaise. Opération Daddy Boomer, une bonne brique de 500 pages, relate les faits de deux personnages et d’un groupe d’ex-hommes de pouvoir ayant comme agenda la fabrication d’un contexte gagnant pour la souveraineté du Québec. «Antoine Chassé est un artiste qui s’est fait agressé. Il a réagi de façon non-violente. De son côté, Bruce Fitch a aussi subi une attaque, mais lui s’est transformé en tueur à gages. Chacun de ces personnages a un peu de moi à l’intérieur d’eux. Ce récit en est un aussi autobiographique lors de certains passages. Pour ce qui est du Québec souverain, je crois que c’est une nouvelle façon de mettre de l’avant cette situation.»

Finalement, l’artiste devenu auteur n’a pas voulu se faire d’ennemis, mais trouver de nouveaux lecteurs. «Le thriller a comme avantage d’être un style libre. Je peux m’amuser et aller sensibiliser les gens à certains de mes problèmes.»

José Pouliot continue toujours de créer des œuvres. Il expose notamment à la Galerie des artistes du Canton dans une exposition appelée «Les découvertes de la Galerie» jusqu’au 31 janvier prochain.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires