«Je n’aurai plus jamais froid aux pieds»

Par Patrick Trudeau
«Je n’aurai plus jamais froid aux pieds»
Un accident de planche à neige n'a pas altéré la joie de vivre de Gabriel Hamel.

DÉTERMINATION. Gabriel Hamel a bien l’intention de continuer à mordre dans la vie et d’y faire son chemin, même si sa mobilité est considérablement réduite à la suite d’un grave accident de planche à neige, survenu le 3 mars dernier.

Celui qui a grandi sur les pentes du Mont-Orford a effectué une manœuvre un peu trop risquée cette journée-là, et il a subi une fracture d’une vertèbre qui a causé une paralysie partielle de ses membres inférieurs. «J’ai effectué un long saut, mais la surface d’atterrissage était beaucoup trop petite. Et comme je n’ai pas eu le temps de plier les jambes, c’est tout mon corps qui a absorbé un énorme choc», se remémore Gabriel Hamel.

«Même si les minutes qui ont suivi sont un peu floues dans ma tête, je me rappelle que je ne souffrais pas vraiment, mais que je répétais sans cesse «je ne sens plus mes jambes».

Après un mois et demi à l’hôpital et en centre de réadaptation, le jeune planchiste était prêt à revenir chez lui. En dépit de sa nouvelle condition physique, il ne s’est jamais apitoyé sur son sort. «Dès qu’on m’a informé sur mon état de santé, j’ai accepté ma situation. Au lieu de toujours penser à ce que je ne pourrai plus faire, je préfère regarder devant et voir toutes les possibilités qui s’offrent à moi. Et je me considère très chanceux malgré mon accident; les conséquences auraient pu être bien pires», affirme le jeune homme de 23 ans.

Études et golf

Bien qu’il doive maintenant composer quotidiennement avec des béquilles et une chaise roulante, Gabriel Hamel vient de débuter un cours en administration à l’Université de Sherbrooke et il se dit heureux comme jamais dans cette nouvelle aventure académique. «J’ai vraiment l’impression d’avoir trouvé ma branche. Ce que j’ai trouvé le plus difficile, c’est de me faire remarquer plus que les autres avec mes béquilles. Je suis un gars qui n’aime pas vraiment attirer l’attention et qui préfère demeurer dans l’ombre», avoue-t-il.

D’ailleurs, Gabriel était plutôt embarassé lorsque ses proches ont organisé des activités de financement pour l’aider à traverser son épreuve. «J’ai la chance d’avoir un entourage extraordinaire, et j’ai maintenant appris à accepter l’aide qu’on m’offrait», reconnaît-il.

L’une de ces activités aura justement lieu le 28 septembre prochain, soit la tenue d’un tournoi de golf au Mont-Orford. On peut réserver sa place en contactant l’organisateur Daniel Lépine au 819 843-4298, ou encore directement au Club de golf au 819 843-5688.

Quant à la possibilité qu’il retourne un jour sur les pentes du Mont-Orford, Gabriel Hamel l’entrevoit dans un avenir rapproché. «Je suis allé observer certains athlètes en fauteuil roulant et ils m’ont vraiment impressionné. Je suis étonné de voir à quel point certaines personnes réussissent à faire de grandes choses après un grave accident. Dans mon cas, je suis vraiment tenté par l’athlétisme en fauteuil roulant».

«Pour ce qui est du ski, je sais qu’il existe des équipements adaptés et j’aurai sans doute l’occasion d’en faire l’essai au cours des prochaines années. Et l’avantage avec ma nouvelle condition, c’est que je n’aurai plus jamais froid aux pieds», lance-t-il en riant.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires