Hausse de taxes de près de 2 % à Orford

Par superadmin
Hausse de taxes de près de 2 % à Orford
La trésorière Chantale Gagné a présenté le budget du Canton d'Orford.

BUDGET. Les citoyens du Canton d’Orford verront leur compte de taxes augmenter en moyenne de près de 2 % en 2015. Cela se traduit par une addition de près de 40 $ pour une résidence unifamiliale de 289 000 $.

Les élus soutiennent avoir maintenu l’accroissement de la taxe foncière sous le niveau de l’IPC (Indice des prix à la consommation du Canada) qui est à 2,4 %. «La taxe foncière résidentielle (du 100 $ d’évaluation) passe de 41,29 cents à 42,79 cents», a précisé la trésorière Chantale Gagné, lors de la présentation du budget, le 1er décembre dernier.

Le maire Jean-Pierre Adam a fait savoir que trois points majeurs avaient influencé la majoration de taxes, dont la baisse de revenus de près de 40 000 $ engendrée par moins de mutations d’habitations (taxe de bienvenue).

«Il y a le ralentissement de la croissance de la richesse foncière de la Municipalité, dont le nombre de maisons. Donc, l’appréciation des propriétés n’augmente plus aussi vite que dans les dernières années. On est informé aussi qu’il y a un certain affaiblissement au niveau de la revente de propriétés et de la hausse des prix», fait-il valoir pour expliquer la situation. Le moratoire freinant les développements immobiliers, en raison du fonctionnement déficient de l’usine d’épuration, n’est pas étranger à la réduction des constructions.

En second lieu, le maire jette le blâme sur les coupures de 300 M $ des transferts aux municipalités du gouvernement du Québec. «Le ministre a beau dire qu’il ne faudrait pas couper les services et augmenter les taxes pour autant, il n’en demeure pas moins que dans notre cas, c’est au minimum 50 000 $ de moins de recettes», dit-il.

Comme dernier argument, il pointe du doigt le surplus accumulé de la municipalité qui a besoin d’être renfloué pour subvenir aux imprévus. Le conseil a notamment dû piger dans son bas de laine qui était de 1,1 M $ pour respecter le plan de réfection quinquennal de voirie. Le coussin de sécurité est descendu sous la barre des 800 000 $. «Normalement, selon les firmes de vérification, la règle veut qu’on ait autour de 10 % du budget», mentionne le maire, dont le budget de sa municipalité est de 8,8 M $.

Les dépenses passent de 8,2 M $ à 8,8 M $. On y retrouve entre autres un montant de 2,2 M $ alloué pour le remboursement de la dette, dont 22 % de cette somme concerne l’usine d’épuration. Une enveloppe budgétaire de 500 000 $ est attribuée à la réfection des routes.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires