Des coupures plus importantes que prévu dans les services aux aînés à l’hôpital de Magog, selon le syndicat

Par superadmin
Des coupures plus importantes que prévu dans les services aux aînés à l’hôpital de Magog, selon le syndicat
L'hôpital de Magog sera illuminé tous les soirs entre 19 h et 23 h. (Photo : Le Reflet du Lac - Archives/Pierre-Olivier Girard)

Les inquiétudes exprimées cet automne par le syndicat de l’hôpital de Magog se concrétisent alors que la direction envisagerait d’amputer plusieurs services professionnels au département de la gériatrie, soit l’équivalent de 14 jours par semaine.

La présidente du Syndicat du personnel infirmier, technique et professionnel du CSSS de Memphrémagog CSN (SPITP-CSN), Annick Métivier, avoue que les coupures touchant l’ergothérapie, le travail social, la nutrition et la réadaptation physique sont plus importantes que prévu. «C’est une perte d’expertise dans le milieu de vie de nos aînés, c’est ce qui est triste», reconnaît Mme Métivier.

De plus grands délais d’attente ainsi et des déplacements plus fréquents au centre hospitalier de Sherbrooke sont des conséquences réelles de ces changements, selon le Syndicat. Ce dernier déplore aussi que cette réorganisation, qui pourrait être effective au cours des prochaines semaines, ait été mise de l’avant sans consultation. «Est-ce que l’hôpital de Magog va devenir un gros CHSLD sans expertise?», se questionne la présidente syndicale.

Cette dernière déplore que ces décisions soient prises sans consultation et sans égard aux besoins de la population de Memphrémagog, qui en est une vieillissante. «Avant la réforme du ministre Barrette, la direction consultait les employés avant d’implanter un changement aussi majeur, se souvient-elle. Mais maintenant, toutes les décisions viennent d’en haut et on ne tient plus compte des besoins, seulement des chiffres.»

Les coupures envisagées selon le syndicat

Nutrition

Coupure de trois jours par semaine, équivalant à 11% des services offerts par les nutritionnistes de Magog. Sur l’unité où le poste de nutritionniste pourrait être aboli, 75% des usagers sont dénutris lors de l’admission.

Travail social

Une coupure totale, car les patients n’auront plus accès à ce service automatiquement.

Ergothérapie

Le service est réduit à deux jours par semaine.

Réadaptation physique

Un patient qui était vu 3 à 5 fois par semaine sera vu 2 à 3 fois. Les rencontres de famille ne seront plus possibles.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires