Denis Paradis préoccupé par la qualité de l’eau

Par superadmin
Denis Paradis préoccupé par la qualité de l’eau
Pour l’épauler

ÉLECTION. Après huit ans d’absence, le candidat libéral Denis Paradis replonge en politique en reprochant que certains dossiers n’ont pas bougés. Sa grande préoccupation est la qualité de l’eau potable.

Lors de l’inauguration de son bureau électoral de Magog le 10 septembre, le vigneron a signifié vouloir reprendre les rênes du comté de Brome-Missisquoi pour notamment des raisons environnementales. «J’ai longtemps hésité. Je reviens à cause de deux lacs internationaux: le Memphrémagog et Champlain. C’est la cause fondamentale de mon retour, insiste-t-il, rappelant que Magog et Sherbrooke s’abreuve du lac Memphrémagog.

Son champs de bataille se positionne jusqu’à Coventry, à Newport, aux États-Unis, où il alerte du danger potentiel de l’agrandissement du site d’enfouissement de l’endroit à proximité du lac Memphrémagog. «Si jamais la toile de fond brise pour une raison ou un autre, c’est tout le lac qui est danger. Les gens ne pourront plus boire de cette eau-là. On fera quoi?, s’inquiète-t-il. C’est un enjeu majeur!»

Admettant avoir conservé de bons contacts américains issus de son passé de secrétaire parlementaire du ministre des Affaires étrangères (1999-2001), il soutient avoir rencontré cet été le gouverneur du Vermont pour lui réclamer une rencontre après les élections. «C’est un démocrate. Je pense qu’il comprend l’importance de l’environnement. J’ai aussi rencontré le maire de Burlington. J’ai commencé à faire des liens parce qu’il faut que tout le monde travaille ensemble.»

Il affirme qu’un traité sur les eaux limitrophes, entre le Canada et les États-Unis, datant de 1909, est caduque. «À cette époque, l’environnement, on ne parlait pas trop de ça. Je veux qu’on rouvre ce traité», souhaite-t-il, espérant que le document pourrait prévoir l’obligation de consulter les pays frontaliers concernant une zone tampon délimitée.

Pour le seconder dans les dossiers à l’est de la circonscription, dont Magog, il a positionné Anne-Marie Dumas à la coprésidence de sa campagne. Cette ex-propriétaire du restaurant La Piazzetta à Magog cumule plus de 20 ans dans diverses entreprises et en gestion de projets, en plus de s’impliquer dans de nombreux dossiers touristiques. On l’a récemment vue collaborer au tournage de la Petite séduction.

Parmi les sujets qu’il dévoilera pendant la campagne électorale, M. Paradis prévoit s’attarder entre autres au transport collectif, dont le transport ferroviaire. Côté famille, il entend parler autant des jeunes que des aînés.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires