Cath Laporte: une artiste d’ici séduit Alex Nevsky

Par superadmin
Cath Laporte: une artiste d’ici séduit Alex Nevsky

Catherine Laporte, alias Cath Laporte, est une artiste visuelle originaire de Magog dont l’art fait de plus en plus d’adeptes, dont l’auteur-compositeur-interprète Alex Nevsky qui s’en est finalement fait une alliée.

Par Isabelle Bergeron

Une alliance qui a débuté en août dernier, alors que Cath, fille de Pierre Laporte et Lise Bégin, bien connus dans la région notamment pour avoir mis sur pied le Club de voile Memphrémagog  et tenu une boutique de voile, venait à peine de déposer ses valises à Montréal, sa ville d’adoption.

«J’arrivais d’Amsterdam où j’avais passé sept ans, explique-t-elle. Trois à travailler pour l’agence de marketing Sid Lee, pour qui j’avais aussi travaillé à Montréal pendant cinq ans, et les autres à faire rouler un café que j’avais ouvert avec des amis.»

Bref, quelques jours après son retour, l’agent d’Alex Nevsky lui envoie un message expliquant qu’ils avaient remarqué le travail de Cath et qu’ils y voyaient un match parfait avec le projet de l’auteur-compositeur, Nos Eldorados.

Et là commence l’aventure. Tout le «branding» entourant le dernier opus de Nevsky est signé Cath Laporte : pochette du CD, boutique éphémère mise sur pied quelques jours en novembre à l’occasion de la sortie du disque et facture visuelle sur les taxis Téo où le chanteur a, pour le bénéfice de quelques passagers surpris, chanter ses nouvelles chansons.

«Ça a été une belle chance de travailler avec Alex, souligne Cath. Tout comme moi, le moteur d’Alex c’est l’amour. C’est un super être humain, sincère, simple, vrai.»

De fait, le chanteur a certainement reconnu autant de qualités chez Cath puisqu’ils sont en train d’élaborer de nouveaux projets ensemble. Lesquels ? Impossible de le savoir, mais gageons qu’ils seront, tout comme Nos Eldorados, portés par autant de beauté et d’amour.

La beauté est dans le regard…

C’est entre autres ce qu’elle explique à ses étudiants lorsqu’elle enseigne au Collège international Sainte-Anne et à la Factry, une école des sciences de la créativité qui a ouvert ses portes tout récemment au centre-ville de Montréal, et mise sur pied par un ancien collègue de Cath, Philippe Meunier, de l’agence Sid Lee.

«Tout est dans la perception, croit l’artiste. Et ce qui est extraordinaire, c’est qu’on a tous le pouvoir de voir les choses différemment, de trouver le beau dans ce qui, à priori, ne l’est pas.»

Pour Cath, l’art peut prendre naissance tant sur un vieux sofa trouvé dans la rue que sur une toile, un vêtement, du papier… Les supports sont multiples et variés. Ses outils le sont tout autant. Que ce soit avec un crayon, un pinceau ou autre chose, Cath Laporte propose aux gens de voir les choses différemment.

Pas étonnant que des entreprises telles que Fatboy, Adidas et le Cirque du Soleil, pour ne nommer que celles-là, aient déjà fait appel à l’ancienne étudiante en design à l’UQAM pour insuffler un peu de liberté et de beauté à leur image. Et d’espoir aussi. «Parce que j’ai la conviction que ce qui va changer le monde, c’est la créativité», estime Cath Laporte.

Pour en savoir plus sur Cath Laporte: www.cathlaporte.com ou www.instagram.com/cath_laporte

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires