Canton de Potton: les pompiers distribuent des «anges-gardiens» aux enfants

Par superadmin
Canton de Potton: les pompiers distribuent des «anges-gardiens» aux enfants
La distribution des avertisseurs de fumée aux élèves des écoles primaires du Canton de Potton s'est déroulée le 15 juin dernier.

Le Service de sécurité incendie du Canton de Potton prend les grands moyens pour éviter qu’un désastre frappe sa communauté. Avant la fin des classes, les 130 élèves des écoles primaires du village ont reçu un avertisseur de fumée à installer dans leur chambre.

À l’origine de cette initiative, le technicien en prévention incendie, Stéphane Fortin, veut à tout prix évité de revivre un drame comme il s’est produit en 2008, à Lac-Brome. En pleine nuit, un 31 octobre, un enfant a perdu la vie lorsqu’un incendie s’est déclaré dans la résidence familiale. «La fillette de 8 ans est décédée asphyxiée. Tout le monde a été secoué par cette tragédie et c’est ce qui nous a incités à faire quelque chose pour que cette histoire puisse servir à sensibiliser les gens», explique M. Fortin.

De là est né, en 2010, le programme Ange gardien dont le but est d’assurer la sécurité des jeunes durant leur sommeil. Pour ce faire, on offre gratuitement dans les écoles un avertisseur de fumée fonctionnel pour dix ans. En plus de Lac-Brome, les municipalités de Bromont, Brigham et Saint-Alphonse-de-Granby ont embarqué dans le projet depuis. Le Canton de Potton est la dernière à s’y joindre, mais la première dans la MRC de Memphrémagog. «Les enfants sont très vulnérables durant leur sommeil puisqu’ils réagissent peu ou pas du tout aux sons, affirme le préventionniste. La majorité des parents croient que d’installer un avertisseur de fumée dans le corridor est suffisant, mais les études prouvent le contraire.»

Stéphane Fortin soutient qu’une porte fermée peut contenir un incendie dans une pièce durant une vingtaine de minutes sans que personne d’autre dans la maison ne le constate. De plus, il rappelle qu’un incendie sur dix prend naissance dans une chambre. Malgré ces faits, il reste encore beaucoup d’éducation à faire selon le principal intéressé. «Je me souviens d’être retourné dans une maison deux ou trois ans après avoir donné un avertisseur à un élève. J’ai aperçu l’appareil trainé sur le buffet, dans son emballage d’origine. Ça m’avait frappé honnêtement et ça m’a fait comprendre que je devais aller encore plus loin dans ma démarche», raconte-t-il.

Depuis ce temps, un concours est organisé auprès des jeunes. Ils sont invités à prendre un autoportrait d’eux lors de l’installation de leur «ange gardien». Le gagnant, pigé au hasard, aura la chance de passer une journée de rêve avec les pompiers. «J’ai une liste à jour de tous les enfants du village. À chaque rentrée scolaire, je m’assure que les nouveaux en reçoivent un, sans exception. Mon souhait serait que ce programme devienne provincial et plus encore, que l’installation des avertisseurs de fumée dans les chambres soit obligatoire dans toutes les municipalités du Québec. Il va falloir travailler fort pour y parvenir», conclut-il.

Ce projet a été financé notamment par le Centre de loisirs des retraités de Potton.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires