Magog hausse la taxe foncière de 4,4%

FINANCES. Les contribuables magogois verront leur taux de taxes augmenter de 4,4 % dès janvier prochain. Cette hausse représente 98 $ de plus pour une maison dont la valeur moyenne à Magog s’élève à 316 800 $. 

Le compte de taxes total, cependant, variera un peu plus vers le haut en ajoutant la tarification des services. Les propriétaires desservis par l’eau potable, les égouts et la collecte des déchets devront sortir 33 $ de plus, comparativement à 25 $ pour les non desservis.

En d’autres termes, les propriétaires des zones urbaines paieront en moyenne 131 $ de plus au total (3031 $). Les gens vivant en milieu rural débourseront, pour leur part, 123 $ de plus en moyenne afin de défrayer l’ensemble de leurs taxes municipales (2669 $).

Le conseil juge cette augmentation raisonnable en raison de l’inflation galopante et des dépenses croissantes. «Nous ne sommes pas épargnés par la hausse des tarifs, mais ce budget nous assurera de pouvoir offrir la même qualité de services sans retarder la cadence des investissements requis pour que nos infrastructures demeurent dans un bon état», mentionne la mairesse Nathalie Pelletier.

DES ÉLÉMENTS FAVORABLES POUR LIMITER LA HAUSSE

Le président de la Commission des finances, Samuel Côté, cite des éléments favorables, comme les bénéfices d’Hydro-Magog estimés à 6,1 M$, pour atténuer les effets du contexte inflationniste sur le taux de taxation. S’ajoutent une contribution additionnelle de 1 M $ de Québec grâce au nouveau pacte fiscal, des droits de mutation qui dépassent les prévisions et l’ajout de 93,6 M$ de nouvelles valeurs générées par la construction d’habitations.

À l’inverse, une enveloppe budgétaire additionnelle de 530 000 $ pour les travaux d’asphaltage et le chantier historique de 68 M$ du détournement des eaux usées d’Omerville auraient pu jouer un vilain tour aux architectes du budget. 

Des éléments favorables ont également atténué le spectaculaire bond de 364 % de la quote-part de la Ville de Magog à la MRC de Memphrémagog liée aux transports collectif et adapté. Cette dépense fait un saut de 95 600 $ à 444 000 $. «Ce modèle ne tient peut-être plus la route, constate Mme Pelletier. On ira voir ailleurs comment ça se passe pour réduire la facture, mais sans compromettre le service», explique celle qui vient de prendre la présidence d’un comité sur le transport collectif à la MRC.

Dans ce contexte, M. Côté estime que l’augmentation de 4,4 % se compare à la tendance actuelle du marché économique. «On s’en sort mieux que d’autres villes, surtout que nos taxes ont augmenté de 10 % en quatre ans, comparativement à une inflation de 15 % sur la même période», détaille-t-il.

Adoptées lundi soir (11 décembre), les taxes commerciales et industrielles, ainsi que l’imposition des immeubles à logements, augmenteront également de 4,4 % dès janvier prochain.

ENDETTEMENT

Les élus prévoient que la dette totale passera prochainement de 81 à 89 millions de dollars, puis à 107 M$ en 2025, selon les estimations. Ces sommes n’inquiètent guère le conseil, car une bonne proportion sera payée par des subventions. «Notre endettement demeure sous contrôle et sous les critères de notre Politique de gestion de la dette», assure Samuel Côté.

Il ajoute que le taux d’endettement total à long terme par 100 $ de richesse foncière se compare aussi à celui des villes ayant une population semblable à Magog (2,15 comparativement à 2,08).

Le conseil a profité de l’adoption du budget, lundi soir, pour dévoiler sa Politique de plan de main-d’oeuvre. Elle comprend des critères permettant «l’optimisation des ressources, tout en conservant une masse salariale compatible avec une saine gestion des fonds publics».

Après l’embauche de huit personnes sur les neuf postes créés l’an dernier, la Ville annonce l’ajout de trois employés pour 2024. Il s’agit d’un emploi d’acheteur, d’inspecteur en environnement et d’un autre à titre de stratège performance organisationnelle. La responsabilité touchant l’environnement sera surtout consacrée au respect de la réglementation concernant les bandes riveraines.

Selon l’expérience reconnue à l’embauche, ces trois postes représenteront un investissement d’environ 220 000 $ pour 2024.

VARIATIONS DE LA TAXE FONCIÈRE

  • +4,4% en 2024
  • +3,9% en 2023
  • +1,9% en 2022
  • 0% en 2021
  • +8,8% en 2011

FAITS SAILLANTS DU BUDGET

  • Budget total de 106,1 M$ 
  • En hausse de 5,8 % cette année
  • Suit une augmentation de 8,3 % l’an dernier
  • Bénéfice d’Hydro-Magog estimé à 6,1 M$
  • Masse salariale de 33,8 M$, soit 32 % du budget