Un jour de l’An sous le signe de l’irresponsabilité

Un jour de l’An sous le signe de l’irresponsabilité

Le lieutenant Sylvain Guay.

Crédit photo : (Photo TC Media - Pierre-Olivier Girard)

BILAN. Après deux années sans arrestation en matière d’alcool ou de drogue au volant, le dernier congé des Fêtes a été moins joyeux sur le territoire de la Régie de police de Memphrémagog (RPM). Au total, cinq conducteurs ont terminé leur balade avec des menottes aux poignets.

Trois de ces arrestations sont survenues lors des célébrations de la nouvelle année, le 1er janvier. Comme le rapporte le lieutenant Sylvain Guay, ces trois individus ont été impliqués dans des sorties de route avant leur arrestation.

Un autre conducteur a, quant à lui, a été intercepté sur un des onze barrages routiers effectués durant la même période par la RPM. Cet automobiliste est le seul à avoir soufflé plus haut que la limite permise parmi plus de 2000 véhicules interceptés lors de ces opérations de prévention.

En matière de tranquillité publique, les policiers ont été moins occupés que par le passé entre la période du 21 décembre et du 4 janvier, selon le lieutenant Guay. «Les policiers ont répondu à 25 appels de trouble entre individus, autant en matière familiale que dans les établissements licenciés. Ils ont aussi répondu à une douzaine d’appels pour du bruit pour lesquels les policiers ont eu pleine collaboration de la population, et ce, sans être obligés d’émettre des contraventions», précise-t-il.

La bonne nouvelle est que cette période de réjouissance s’est soldée par aucun accident grave. Il y a tout de même eu une cinquantaine de collisions, dont trois ayant causé des blessures légères. On dénombre également huit accidents impliquant des chevreuils, principalement dans le Canton d’Orford.

 

D’autres statistiques durant les Fêtes

  • Une vingtaine de vols à l’étalage ont été rapportés à la RPM. Comme à l’habitude pour ce type de délit, les commerces de détail ont été les plus visés par les suspects.
  • Les policiers sont intervenus auprès d’une douzaine de personnes souffrant d’un problème de santé mentale ou en situation de vulnérabilité. Tous ont reçu les soins nécessaires ou ont été dirigées vers les bonnes ressources, dont les travailleurs sociaux.

Poster un Commentaire

avatar