Christian Vachon et le Relais du lac Memphrémagog touchent une corde sensible

Christian Vachon et le Relais du lac Memphrémagog touchent une corde sensible

Les profits amassés par le Grand McDon sur la scène locale seront remis à la Fondation Christian Vachon

Crédit photo : Le Reflet du Lac - Archives/Patrick Trudeau

RELAIS. Christian Vachon a véritablement touché une corde sensible de la population régionale lorsqu’il a mis sur pied le Relais du lac Memphrémagog, en 2007.

En choisissant la cause des enfants défavorisés et la réussite scolaire, l’ex-marathonien magogois a visé dans le mille, puisque la Fondation qui porte son nom est plus populaire que jamais.

Au moment d’écrire ces lignes, les quelque 200 équipes participantes – inscrites depuis plusieurs mois, faut-il le préciser – avaient déjà amassé plus de 297 000 $ en dons.

L’événement de ce samedi 23 septembre est donc assuré d’un autre succès. «Ce qui me réjouit, c’est de voir qu’il y a encore une progression d’environ 10 % annuellement. Dans un contexte où les levées de fonds sont de plus en plus difficiles, c’est une statistique qui nous fait très plaisir. Merci à tous les participants et chapeau à nos 250 bénévoles; ils sont l’âme de notre fondation», lance Christian Vachon.

Ce dernier estime aussi que son organisme est de plus en plus visible, même s’il cherche toujours à en faire davantage. «Il y a maintenant une trentaine de commerces qui participent au mois de la Fondation Christian Vachon (septembre) et qui sollicitent leurs clients pour faire un don. On a également installé des pancartes dans différents secteurs pour indiquer le nombre d’enfants parrainés. On veut ainsi faire réaliser aux gens l’importance qu’ils ont dans la réussite des jeunes de leur quartier», a-t-il fait valoir.

Parcours de 117 km

Utilisant la même formule éprouvée, le 11e Relais du lac Memphrémagog s’amorcera à l’école secondaire de La Ruche en matinée, et se terminera au même endroit durant la soirée.

Les premières équipes amorceront leur tour de 117 km dès 6 h. Les formations seront de retour successivement entre la fin de l’après-midi et le milieu de soirée. «La population est invitée à venir accueillir les coureurs. Lorsque les gens se présentent à La Ruche pour le dernier droit, dans un couloir illuminé de flambeaux, c’est très touchant. Les spectateurs peuvent même prendre une consommation ou un repas avec nous», précise Christian Vachon.

Cross-country et congestion

Comme à l’habitude, il devrait y avoir pas mal d’action durant l’après-midi avec la tenue du cross-country scolaire et ses quelque 1200 jeunes participants. «Ils vont tous recevoir un chandail personnalisé à l’effigie de la course», a ajouté le grand manitou de l’événement, en précisant qu’il y aurait aussi des modules de jeux, essais de vélos de montagne et différents kiosques sur le site.

Par ailleurs, on vous suggère de prévoir quelques minutes supplémentaires dans votre trajet pour vous rendre à La Ruche, en raison des différents travaux dans les rues avoisinantes. Avec l’important flot de véhicules tout au long de l’avant-midi et de l’après-midi, la patience sera certainement de mise.

Prix Mérédith-Lavoie

Pour une deuxième année consécutive, on remettra le Prix Mérédith-Lavoie à une équipe s’étant démarquée lors du Relais 2017. Mérédith, rappelons-le, est une ancienne coureuse de haut niveau et ex-participante du Relais décédée à l’été 2016. Ce sont des membres de sa famille, qui participeront eux-mêmes à la course, qui détermineront l’équipe récipiendaire de cette année

Budget de 450 000 $

Principale source de financement de la Fondation Christian Vachon, le Relais du lac Memphrémagog est maintenant accompagné de nombreuses activités connexes 12 mois par année. «Au cours de la dernière année, notre budget était de 450 000 $ et l’an prochain, on devrait atteindre le demi-million. Ça nous permet d’être efficaces tout au long de l’année, mais particulièrement durant la rentrée scolaire», a plaidé Christian Vachon.

Pour l’année scolaire 2017-2018, ce sont plus de 350 élèves qui seront parrainés (aidés financièrement) dans plus de 40 écoles de la grande région de l’Estrie.

Plus de détails au www.fondationchristianvachon.com

Des microbiologistes donnent l’exemple

Si le Relais du lac Memphrémagog représente tout un défi sportif en soi, c’est principalement la cueillette de dons qui est le nerf de la guerre dans un événement comme celui-là, puisque son but premier est de soutenir la persévérance scolaire et les jeunes en difficulté.

Plusieurs équipes se font d’ailleurs un point d’honneur d’amasser le plus d’argent possible, avant de prendre le départ de la course.

Lorsqu’on consulte la liste des équipes inscrites, c’est le nom de Century 21 (Maxime Pothier) qui arrive en tête de liste avec plus de 22 500 $ amassés jusqu’à maintenant. «Ils ont récolté cette somme en gardant un montant de 250 $ sur chaque maison vendue. Maxime a décidé de s’associer à nous et on voit que c’est du sérieux», a lancé Christian Vachon.

Parmi les autres «meneurs» en dons amassés, pas beaucoup de surprises alors que les deux équipes de la Journée Natalie Champigny, des habituées du Relais, ont toutes deux obtenu plus de 11 000 $ jusqu’ici.

Christian Vachon a toutefois sursauté en voyant que la deuxième place du palmarès était occupée par Les Contagieux, un groupe «d’inconnus» qui affiche plus de 13 000 $ en dons.

En réalité, Les Contagieux connaissent plutôt bien le Relais du Lac Memphrémagog, puisqu’ils y ont participé à deux reprises – sous des noms et effectifs différents – , obtenant même la palme de la plus haute récolte en 2013 (plus de 7000 $).

Les six membres, qui sont microbiologistes médicaux et infectiologues (d’où le nom de leur équipe) dans la vie de tous les jours, habitent l’Estrie et la région de Montréal. Ils ont toujours gardé contact depuis leur résidence en médecine à l’Université de Sherbrooke. «La persévérance scolaire est une cause qui nous rejoint, car ça peut tous nous arriver d’avoir le goût de lâcher lorsqu’on fait des études», laisse entendre le capitaine Marc-André Smith.

«Et pour les jeunes, avoir une bonne éducation et des conditions gagnantes pour étudier, c’est un dénominateur de santé», ajoute M. Smith.

Ce dernier soutient n’avoir eu aucun mal à convaincre son entourage de soutenir la cause de la Fondation Christian Vachon. «On a sollicité nos collègues, et lorsque les premiers ont contribué, ça a eu comme un effet d’entraînement sur les autres. On a eu 90 dons individuels», se réjouit le capitaine des Contagieux.

Poster un Commentaire

avatar