Vente d’alcool à la pointe Merry: la police voit l’idée d’un bon œil

Par Pierre-Olivier Girard
Vente d’alcool à la pointe Merry: la police voit l’idée d’un bon œil
La consommation d'alcool sera permise à la pointe Merry cet été, plus précisément dans une zone bien délimitée près de l'aire de restauration. (Photo : Le Reflet du Lac - Archives/Marco Bergeron)

MAGOG. Si tout se fait de manière encadrée, la Régie de police de Memphrémagog (RPM) ne voit aucun problème à permettre la vente d’alcool à l’aire de restauration de la pointe Merry.

Au cours des derniers jours, la Ville de Magog a annoncé que la gestion de l’ancienne cantine, située à deux pas du lac Memphrémagog, se fera par «Le Petit Tacos». En plus de revoir complètement le menu, les responsables du resto pourront vendre de l’alcool, ce qui est une première depuis longtemps dans un parc municipal magogois.

Comme l’explique le directeur de la RPM, Guy Roy, les boissons alcoolisées pourront être consommées uniquement sur la terrasse, ce qui limite les risques de débordement. «Si l’encadrement fixé par la Régie des alcools, des courses et des jeux est respecté, ça ne m’inquiète vraiment pas. Même, au contraire, je trouve l’idée intéressante. À mon avis, on a un des plus beaux parcs littoraux au Québec. Alors, pourquoi ne pas essayer d’améliorer l’expérience et d’offrir de la nouveauté? Ça ne coûte rien de l’essayer», soutient le grand patron du service de police.

Ce dernier se souvient qu’à l’époque, les autorités avaient interdit la consommation d’alcool dans les parcs pour des raisons de sécurité, et non en raison de débordements. «C’était assez fréquent que des gens se blessent en marchant sur des contenants de verre cassés ou des cannettes qui traînaient un peu partout. Le règlement a permis de corriger la situation et d’assurer la sécurité de tous les utilisateurs, dont les enfants qui viennent ici pour courir et s’amuser», rappelle Guy Roy.

 

Les policiers plus présents

Même avant cette annonce, la RPM avait déjà prévu accentuer sa présence cet été dans le parc littoral de la Baie-de-Magog. Puisque le centre-ville sera transformé en vaste chantier, les patrouilleurs troqueront leur autopatrouille pour une bonne paire de chaussures.

«On a fait une première expérience en ce sens, en 2018, qui s’est avérée très concluante. Les gens ont apprécié cette proximité et cette accessibilité avec leur service de police. Cette année, on mettra encore plus d’emphase sur cette présence. Il devrait y avoir un policier dans ce secteur presque tous les jours», laisse entendre le directeur.

Rappelons que par le passé, la RPM a aussi déployé des policiers à vélo pour effectuer une patrouille dans les parcs publics et la rue Principale.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires