Vague de changements à l’horizon chez les maires de la région

Pierre-Olivier Girard
Vague de changements à l’horizon chez les maires de la région
Le préfet de la MRC de Memphrémagog et maire de Sainte-Catherine-de-Hatley, Jacques Demers, est l'un des rares à solliciter un autre mandat. (Photo : Archives)

POLITIQUE. Quel que soit le résultat des prochaines élections municipales, le portrait politique dans la région changera radicalement après le 7 novembre prochain, alors que plusieurs maires ont déjà annoncé leur départ au terme de leur présent mandat.

Au moment d’écrire ces lignes, seulement 4 des 16 maires actuels de la MRC de Memphrémagog (excluant Saint-Benoît-du-Lac), avaient confirmé leur intention de solliciter un nouveau mandat, soit Marie Boivin (Canton d’Orford), Lisette Maillé (Austin), Jacques Demers (Sainte-Catherine-de-Hatley) et Véronique Stock (Stukely-Sud).

Une liste bien courte comparativement à ceux qui ont annoncé leur retraite de la vie politique. Et parmi eux se trouvent des élus d’expérience et d’autres qui occupaient des postes-clés à la MRC, dont la mairesse de Magog, Vicki-May Hamm. «Déjà, un changement dans la ville-centre (Magog), c’est un gros morceau qui a un impact important au sein d’une organisation comme la MRC. Sur certains dossiers, cette Municipalité possède un droit de veto sur le vote, explique le préfet Jacques Demers. À ce changement s’ajoute le départ de plusieurs élus, qui étaient habitués de travailler ensemble depuis plusieurs années. C’est évident que la dynamique sera différente.»

Jacques Demers rappelle que d’autres visages connus pourraient devoir passer le flambeau, advenant une défaite au terme du scrutin. Bref, il faudra assurément une période d’adaptation à la MRC pour retrouver son rythme de croisière habituel. «Autant de changements pour une seule élection, je n’ai pas vu ça souvent. Je me souviens il y a 8 ans, 50% des maires étaient partis, ce qui était considérable», se souvient-il.

«Comme à chaque élection, le défi sera de trouver des remplaçants. Des gens qui ont de l’intérêt, de l’énergie et du temps à consacrer non seulement pour leur ville, mais aussi pour la région. Avec autant de postes disponibles, il y a le risque de faire peur à des gens qui trouveraient la tâche trop grande. Mais ça peut aussi en motiver d’autres, car c’est une opportunité de se retrouver rapidement avec de grandes responsabilités», soutient M. Demers.

Outre Vicki-May Hamm, les maires qui ont annoncé leur retraite sont Francine Caron-Markwell (Canton de Stanstead), Martin Primeau (Canton de Hatley), Vincent Gérin (Ayer’s Cliff), Yvon Laramée (Eastman), Joan Westland-Eby (Bolton-Est), Philippe Dutil (Stanstead), Michèle Turcotte (Saint-Étienne-de-Bolton), Denis Ferland (Hatley) et Michael Laplume (Canton de Potton).

Au moment d’écrire ces lignes, il n’avait pas été possible de joindre Richard Violette (Ogden) et Michael Page (North Hatley) pour connaître leurs intentions.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Daniel Gagnon
Daniel Gagnon
1 année

La région a besoin de leaders en environnement, c’est urgent, c’est évident en ces temps de changements climatique extrêmes. On ne peut plus élire des maires, des députés qui ruinent notre paysage et l’aménagement de notre merveilleux et précieux territoire. On ne peut plus porter au pouvoir des élus qui mettent à risque notre santé environnementale et globale.
Ils n’ont pas le choix. Ils doivent respecter notre territoire, notre nature, nos merveilleux lacs, nos incomparables montagnes. Ils doivent être conscients que la population ne pourra plus appuyer des politiques environnementales destructrices.