Une nouvelle aire protégée en hommage aux Premières Nations

Par Pierre-Olivier Girard
Une nouvelle aire protégée en hommage aux Premières Nations
Plusieurs partenaires ont participé à l'inclusion du nouveau territoire protégé de 92 hectares au sein du réseau de Corridor appalachien. À l'avant: le député de Brome-Missisquoi Denis Paradis, Mme Kakaionstha Deer, Mme Surprenant et M. Terry Brisebois, donateurs, ainsi que Mélanie Lelièvre et Marie-Josée Auclair, toutes deux de Corridor appalachien. À l'arrière: le maire suppléant de Saint-Étienne-de-Bolton, François Jolin, ainsi que le vice-prés. de Conservation de la nature Canada pour le Québec, Joël Bonin.

ÉCOLOGIE. L’organisme Corridor appalachien continue d’agrandir son territoire de protection. Cette fois, c’est une propriété de 92 hectares située à Saint-Étienne-de-Bolton qui vient s’ajouter à un vaste réseau comprenant plus de 13 300 hectares d’aires protégées. «Nous sommes vraiment ravis d’annoncer l’acquisition de cette propriété. Il s’agit d’une pièce clé dans notre stratégie de conservation qui vise à relier le massif des monts Sutton au mont Orford. Ces grands massifs forestiers sont des habitats critiques pour la biodiversité», lance la directrice générale de Corridor appalachien, Mélanie Lelièvre. Cette nouvelle aire protégée portera le nom Katanontanohnha, qui signifie «je garde la montagne», en langue mohawk. En optant pour ce nom, l’organisme de conservation souhaite rendre hommage aux Premières Nations qui ont toujours eu un grand souci de protéger la nature. «Dans la culture amérindienne, il existe un principe selon lequel il faut prévoir les conséquences qu’auront nos gestes pour les sept prochaines générations. En léguant cette terre à Corridor appalachien, nous nous inspirons de cette philosophie. Cette terre sera maintenant protégée à perpétuité; il s’agit d’un cadeau précieux pour les générations à venir» a déclaré Terry Brisebois, ancien propriétaire de l’endroit. En plus d’agrandir le territoire de conservation, le nouveau secteur offre des habitats de choix pour les salamandres de ruisseau, la grenouille des marais et plusieurs espèces de tortue. De nombreux partenaires ont rendu possible la récente transaction, dont Environnement et Changement climatique Canada, le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques du Québec, Conservation de la nature Canada, la Fondation de la faune du Québec, US Fish and Wildlife Service, Open Space Institute, la Fondation Echo et Sweet Water Trust.  

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires