Un contrat de 23 000 $ pour dénouer la crise chez les pompiers de Magog

RESSOURCES HUMAINES. Magog fait appel à une firme externe pour dénouer la crise qui secoue son service incendie depuis déjà quelques mois.

Lors de la séance régulière du conseil municipal, ce soir, les élus ont donné le feu vert à l’octroi d’un contrat de 23 800 $ pour recourir aux services de la firme de consultants CFA. La résolution adoptée à l’unanimité indique que la firme analysera le climat d’équipe à l’intérieur de la caserne. Des rencontres individuelles ainsi que des sondages seront notamment menés.

«Le mandat de la firme consiste à prendre le pouls au niveau du service incendie pour mieux comprendre la problématique, a expliqué la mairesse Vicki May Hamm lors de l’assemblée. C’était une suggestion du syndicat du côté de pompiers de faire une telle démarche et le contrat est donné ce soir.»

Le 6 janvier dernier, le directeur du service de sécurité incendie de Magog, Luc Paré, a été visé par un vote de non-confiance des membres du Syndicat des pompiers et pompières du Québec, section locale Magog. Quelques jours plus tard, le grand patron a été suspendu avec solde par la mairesse Vicki May Hamm, en compagnie du directeur général de la Municipalité Armand Comeau. Une décision qui avait été entérinée par le conseil avant d’y mettre fin.

Depuis ce temps, deux employés de la Ville, dont M. Comeau, ont porté plainte pour harcèlement contre leur employeur à la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail. La Commission municipale du Québec est également intervenue dans le dossier à la demande des élus.