TRIBUNE LIBRE: Lettre ouverte aux élus de Magog concernant le sauna flottant

Jacques Dupont

Magog

TRIBUNE LIBRE: Lettre ouverte aux élus de Magog concernant le sauna flottant
Il est possible de nous envoyer une lettre d'opinion à l'adresse suivante: djacques@lerefletdulac.com (Photo : gracieuseté)

Mesdames, messieurs,

 

Pour donner suite à l’assemblée publique du Conseil de ville du 16 janvier 2023, durant laquelle une majorité d’entre vous (5-3) a entériné pour une deuxième fois un changement de règlement, en faveur de l’opération du projet Solstice Sauna sur le Quai MacPherson, je voudrais partager quelques brèves observations avec vous.

Disons d’entrée de jeu que mon pressentiment s’est confirmé. Les votes prévisibles se sont concrétisés. Ce qui augure plutôt mal pour un fonctionnement municipal harmonieux. L’omniprésent clivage développement versus conservation (pour faire simple) est pourtant totalement fallacieux, puisque chacun de vous peut, quand il le veut, avoir à cœur de satisfaire aux deux critères. Exemple: un sauna de plus à Magog pourquoi pas, mais pas sur le quai. En passant, les clivages Baby boomers versus cheveux gris, pauvres vs nantis, ou ville vs banlieue, sont tout aussi vides de sens lorsque utilisés à mauvais escient ou avec un brin de mauvaise foi. 

D’une équipe à l’autre, le malaise persiste, là où il devrait pourtant exister une marge plus accessible de négociation. Mais quand l’un d’entre vous refuse catégoriquement de mettre à jour sa perception des enjeux, tenant compte d’une réalité en évolution, (1 200 signataires d’une pétition au message parfaitement clair et encadré, par exemple) on comprend que le citoyen ne se sent plus servi comme il devrait l’être. 

Depuis un mois, je travaille assidûment pour mieux comprendre les multiples enjeux qui entourent le projet Sauna. J’ai beaucoup consulté, et dans tous les domaines concernés. Je peux vous confirmer  aujourd’hui que le projet est plus complexe qu’à l’habitude. La meilleure preuve en étant qu’après trois années sur la table à dessin, la ville peine encore à répondre à toutes les questions posées ou à proposer une esquisse réaliste.  Et que sur les plans économique, scientifique, des juridictions, de la politique municipale, du développement régional et de l’acceptabilité sociale, ce projet laborieux n’a pas été abordé dans le bon ordre (la proverbiale ‘charrue avant les bœufs’) ni en s’inspirant du principe de prudence, pour ne pas dire de précaution.

Revenons un peu sur la séquence des événements.

Le projet Solstice Sauna émane de la précédente administration municipale, qui aurait proposé le Quai pour son emplacement. 

Par la suite, le sondage (ou consultation) de 966 personnes tenu par l’administration actuelle – à une époque où on connaissait bien moins de détails qu’aujourd’hui – n’a pu recueillir qu’une forme de pré-consentement non éclairé à aller plus loin. Néanmoins,  46% des répondants s’y prononcent déjà contre l’emplacement du Quai MacPherson pour un tel projet. C’est tout un signal. 

Pourtant, ignoré.

Beaucoup plus tard et après quelques changements de règlements déjà votés, les signataires de la pétition en ligne – de Magog, des environs et parfois plus loin; visiteurs et touristes – nous confirment un message clair: 

NON MERCI. PAS SUR MON QUAI! 

Et tous ces signataires, qui ont été diligemment informés des attendus et des propositions, sont au moment précis de cette publication 1202 sur Internet, plus 175 sur papier! Et la pétition reste ouverte et active. Ce n’est pas rien non plus. Et pourtant…

Encore ignoré. Voire même dénigré

Notons également qu’un autre document qui aurait, nous dites-vous, facilité votre soutien au projet, était un Rapport d’expertise sur les fonds du lac dans la zone concernée. Il ne s’agit nullement d’une étude d’impact environnemental, comme en témoigne le mandat de la firme de recherche engagée par le promoteur, stipulé comme suit: « …obtenir les permis nécessaires reliés à l’environnement pour la mise à l’eau et l’opération d’une embarcation munie d’un sauna. » Ce rapport ignore de nombreux enjeux, n’est pas formulé dans le langage rigoureux du milieu, comporte des détails contradictoires, notamment sur les manœuvres et sites impliqués, et conclut sans l’avoir prouvé à l’absence totale de risques.  Depuis des mois, la ville n’a pas rencontré son auteur, ni consulté ses propres services d’environnement ou d’urbanisme, ni tout autre expert indépendant. 

Je tiens à vous rappeler que  jamais un seul projet n’a rassemblé autant de familles d’opposants:

1.    ceux qui veulent conserver intacte l’image du Quai et la photo emblématique du paysage; un attrait touristique majeur, chez nous autant qu’à l’extérieur; 

2.    ceux qui s’inquiètent des répercussions sur la biodiversité lacustre et riveraine, et pour les Touladis qui font le bonheur des pêcheurs et des promeneurs.

3.    ceux qui déplorent la commercialisation d’un espace public très prisé des citoyens et des visiteurs, précisément parce qu’il est à la fois public, naturel, agréable et d’accès gratuit. 

4.    et ceux qui déplorent le parcours tortueux pris par la ville pour  accommoder une réglementation à un projet spécifique, une abrogation à la fois, un vote à la fois, et commencent à s’inquiéter pour la suite des choses.

Mesdames, messieurs les élu-e-s, il sera toujours souhaitable que vous défendiez avec un minimum de conviction les gestes que vous posez en notre nom. Qu’il s’agisse de votre district ou d’un plus grand projet.

Vous auriez pu vous prononcer différemment en ce lundi 16 janvier 2023, alors que nous en savions tous (un peu) plus. Évitant du même coup le risque d’un débat acrimonieux et l’anxiété des parties impliquées. Vous avez choisi la voie du bloc.

Les ‘Gardiens du Quai’ devront se montrer plus vigilants que jamais. 

Merci à celui et à celles d’entre vous qui ont compris l’urgence de dire «non merci» pour tout de suite, pour mieux nous renvoyer tous à la table à dessin, celle où l’on sépare les principes des exceptions, et l’acceptable de l’inapproprié. Celle où l’on trace une ligne rouge qui nous ressemble. Pour ne plus en perdre plus qu’on en gagne. L’esprit même des objectifs de la pétition.

Sachez que l’ensemble des citoyens de Magog serait comblé de vous voir agir à l’unanimité sur un projet rassembleur, comme vous le faites dans la majorité des cas.

Sachez aussi que tous les citoyens de Magog verraient d’un bon œil une offre de services récréatifs reliés directement au lac, qui soit adéquatement localisée, légère, mobile, supervisée et non obstructive de la nature environnante et du confort des promeneurs. Mais çà en fait, c’est un pari personnel que je fais.

Pour finir, votre temps est précieux et vos outils d’analyse forcément  limités. Ne serait-il pas plus productif de se préoccuper de projets qui ont du bon sens, prioritaires, qui plaisent à tous ou presque, et sont en harmonie avec l’ADN-Nature de Magog, qui nous a tant gâtés jusqu’ici?

 

Jacques Dupont

«Cheveux gris», membre du groupe de citoyens qui ont initié la pétition de moratoire relatif aux usages commerciaux sur le Quai MacPherson. Cosignataire de l’opinion publiée «NON, MERCI!»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
3 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Marthe Gaudette
Marthe Gaudette
16 jours

MERCI ! monsieur Dupont.

Colette Vézina
Colette Vézina
15 jours

Bonsoir M. Dupont,

J’ai lu et relu votre lettre ouverte.
Vous exprimez vraiment bien tout ce qui entoure ce projet sauna et le parcours..promoteur, élus et citoyens. Je suis ce projet depuis le début..Je n’en reviens pas un sauna sur le quai au bord du lac..Quelle horreur!

Votre lettre ouverte pour moi représente non seulement ce projet..mais représente ce qui se passe dans tout l’Estrie!

Que ce soit les lacs ou montagnes , La Nature nous offrent en environnement formidable et des promoteurs se pointent avec des projets qui n’ont pas de sens! Que ce soit genre »terrain de jeux » comme le projet sauna ou du développement résidentiel à densité.. ou les air B&B où les gens achètent des propriétés et n’y habitent pas ou presque..des businesses en milieu résidentiel! Ces gens n’ont aucun sentiment d’appartenance pour leur villes ou municipalités!

Puis nos élus, municipalités et MRC vis-à-vis tout Ça!

Je peux vous dire une chose, j’ai vécu du développement résidentiel à densité en milieu rural et je vis encore les répercussions de ces projets. Mon Chemin en est le SEUL accès ! Projet Mont Foster (ma municipalité Bolton-Ouest et projet Mont Gauvin ( St-Étienne de bolton) mais genre notre chemin ..Le SEUL accès!

Ma réalité aujourd’hui, notre chemin est maintenant une autoroute de grosses machineries et camionnage incessant! Marcher ce chemin en belle saison pour accéder aux sentiers dans la nature , c’est fini! Disparu! Mon chemin est rendu dangereux et le bruit est infernal en belle saison, je n’entends plus les oiseaux Les marches où j’ai croisé chat sauvage avec bébé ou renarde transportant ses bébés, le silence de sentiers en raquettes l’hiver , tout Ça est chose du passé..! Nous en avons pour des années…

Je me suis battu pendant 10 ans avec d’autres citoyens CONTRE ce développement!

La seule chose que j’ai à dire haut et fort aux promoteurs et élus et MRC : » Laissez la Nature tranquille, on est en 2023! J’entend des discours de tous qui se vantent de protéger l’environnement..pour par la suite.. accepter des projets qui n’ont AUCUN SENS! Le sauna sur le bord du lac?..c’est ridicule! et laid! Point Final!

Lâchez pas citoyens de l’Estrie et du Québec! Le visage de notre magnifique région pourrait changer rapidement..c’est déjà commencé..malheureusement. Les Cantons de L’est sont en train de devenir un gros »terrain de jeux » pour les gens qui viennent faire un tour..Qu’en est-il des citoyens qui y vivent vraiment à temps plein?
Je crois que nous avons un mot à dire..

Colette Vézina

Jacques Dupont
Jacques Dupont
15 jours
Répondre à  Colette Vézina

Merci Mme Vézina

Quelle différence en effet entre les engagements verbaux et parfois même formels de nos élus, à protéger l’environnement et la biodiversité, et la cascade d’exceptions qu’ils nous imposent, une zone humide perdue, une de chaleur ajoutée, ou un quai public dénaturé à la fois.

En ce moment précis de notre histoire collective, et tenant compte des effets dévastateurs des changements climatiques, il serait déplorable que Magog devienne le mauvais élève, et le mauvais exemple que les juridictions politiques externes et extra-municipales vont craindre.