Sécurité ferroviaire: les Eastmanois sont plus rassurés qu’au lac Magog

Par Dany Jacques
Sécurité ferroviaire: les Eastmanois sont plus rassurés qu’au lac Magog
Le maire d’Eastman apprécie l’entretien régulier effectué sur le chemin de fer érigé sur son territoire, comme sur cette photo prise le 16 septembre. (Photo : gracieuseté)

SÉCURITÉ. L’inquiétude semble ronger les résidents du lac Magog qui habitent à deux pas du chemin de fer, ce qui n’est pas le cas à Eastman malgré le fait que les mêmes convois ferroviaires traversent aussi le cœur de ce village.

Le maire d’Eastman, Yvon Laramée, est solidaire avec toutes les démarches entreprises pour améliorer la sécurité ferroviaire. Il est toutefois conscient que ce type de transport est là pour rester, même si le tronçon ferroviaire passe sur son territoire sur un pont très haut et près de deux lacs, dont un qui représente le bassin d’eau potable de sa population.

«On surveille le dossier de près, mais la compagnie ferroviaire collabore très bien avec nous, convient-il. Elle répond très rapidement à nos questions et répare sans trop tarder les défectuosités. On voit d’ailleurs très régulièrement des employés travailler sur les rails.»

Laramée fait confiance à la compagnie «Central Maine and Quebec Railway» (CMQR), même pour corriger un rail défectueux ou brisé situé près de la traverse du chemin fer sur le chemin George-Bonnallie. Il accorde également sa confiance à Transports Canada, l’organisme qui supervise ces activités ferroviaires.

Cette anomalie est inscrite dans un rapport d’un inspecteur de Transports Canada, publié en mai dernier. Il cible le point militaire 95,32, soit à proximité du Cabaret Eastman.

Impossible de savoir pour l’instant si ce point précis a été corrigé depuis le printemps dernier.

Laramée s’engage personnellement à obtenir une réponse pour informer et sécuriser la population d’Eastman. La question ne l’inquiète guère, surtout lorsqu’il pense à l’entretien régulier et fréquent du CMQR sur les rails du territoire d’Eastman.

Quelques voisins de la voie ferrée, qui préfèrent demeurer discrets sur leur identité, partagent la confiance du premier magistrat à l’égard de l’entreprise et de Transports Canada. Ils constatent eux aussi un entretien régulier sur les rails, ce qui réduit leur inquiétude à presque zéro. Ils dorment l’esprit tranquille.

 

Des rails défectueux surtout à l’extérieur de la MRC

Eastman est l’unique endroit de la MRC de Memphrémagog citée dans ce rapport. L’inspecteur Jean-René Gagnon n’a relevé aucun rail défectueux ni brisé ailleurs dans la MRC de Memphrémagog, car le point problématique le plus près est localisé dans le secteur Rock Forest, à Sherbrooke.

Aucune traverse défectueuse non plus dans la région de Memphrémagog. Les plus près sont ciblés à une place à Rock Forest et à deux autres endroits à réparer à Lac-Brome.

Par contre, le rapport cible une usure ondulatoire des rails sur 31 000 pieds, mais sans identifier de zones précises entre Farnham et Lac-Mégantic.

L’avis de Transports Canada observe aussi la présence de boue et des situations de ballast colmaté sur plus de 27 000 pieds, mais toujours sans cibler d’endroits précis sur le même tronçon.

La région de Memphrémagog s’en sort bien, car l’inspecteur Gagnon déplore une augmentation du nombre de rails défectueux découverts par ultrason en quatre ans sur la centaine de km du parcours reliant Lac-Mégantic et Farnham. «De plus, le nombre de rails brisés découverts à la suite d’inspections visuelles dans les cinq premiers mois de 2019, soit 59 rails, est alarmant pour nous», lit-on.

Cet avis a donc été adressé au CMQR pour corriger le tir, car Transports Canada juge que la «situation actuelle risque de compromettre de façon imminente la sécurité ferroviaire».

On n’a pu parler à un représentant de la compagnie ferroviaire pour obtenir sa version des faits.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires