Mandat pour un plan concept dans le coeur villageois

Par Pierre-Olivier Girard
Mandat pour un plan concept dans le coeur villageois
Le terrain municipal en question est situé derrière le bâtiment commercial de couleur beige sur la photo, qui abrite notamment Canton Brasse et La Mie d'Orford. (Photo : (Photo Le Reflet du Lac - Archives/Pierre-Olivier Girard))

DÉVELOPPEMENT. Souhaitant y aménager son pavillon communautaire et un Centre de la petite enfance (CPE), le Canton d’Orford a mandaté un professionnel en architecture afin d’élaborer un plan concept pour l’aménagement du terrain municipal, situé au cœur de son village.

Ce contrat en services professionnels a été accordé à la firme Jubinville et associés pour 10 900 $, un montant utilisé à même le surplus accumulé. L’objectif, comme le mentionne la mairesse Marie Boivin, est d’évaluer toutes les options d’usages et de constructions pour donner vie à ce terrain stratégique, situé derrière le bâtiment commercial abritant Canton Brasse et La Mie d’Orford. « Le but est notamment de travailler sur l’implantation du CPE et du pavillon communautaire, qui seraient intégrés dans le même bâtiment. On veut aussi évaluer d’autres possibilités comme un marché public », donne en exemple Marie Boivin.

En parallèle à cette démarche, la Municipalité vient de lancer un processus d’appel d’offres pour la réalisation des plans préliminaires sur le projet du pavillon communautaire et du CPE. Cette étape permettra d’avoir une meilleure évaluation des coûts de ce projet.

Rappelons que le Canton d’Orford envisage de financer la future construction pour accélérer le processus et le CPE Jardin de Fanfan louerait ensuite cet espace à la Municipalité. À ce jour, le ministère de la Famille a octroyé 31 places en garderie, mais on sait que le Canton d’Orford désire en obtenir davantage. 

« C’est encore l’option qui est privilégiée à l’heure actuelle, mais ça ne fait pas l’unanimité au sein du conseil municipal. Donc, je préfère demeure prudente quant à la suite des choses. Chose certaine, on a deux ans pour y arriver. C’est un échéancier serré, mais on a la capacité financière pour y arriver », conclut Mme Bovin. 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires