Malgré les changements climatiques, le lac Memphrémagog serait en bonne santé

Par Patrick Trudeau
Malgré les changements climatiques, le lac Memphrémagog serait en bonne santé
Le lac Memphrémagog est en bonne santé, mais différentes menaces pourraient éventuellement changer ce portrait. (Photo : Le Reflet du Lac - Patrick Trudeau)

ÉTUDE. Même s’il subit des variations liées aux changements climatiques, le lac Memphrémagog se porte plutôt bien, selon une étude réalisée sur une période de 15 mois par une équipe de chimistes de l’Université de Sherbrooke.

Amorcée en juillet 2021, cette étude a été effectuée à l’aide d’une bouée flottante équipée d’instruments de mesure, qui a permis de collecter des données en temps réel pendant plus d’une année.

L’équipe de recherche menée par la professeure Céline Guéguen a colligé de multiples résultats sur la température de l’eau, son taux d’oxygène et la concentration de chlorophylle.

« Les données nous indiquent que le lac est en santé, qu’il s’adapte et change. Il subit plusieurs variations. Nous avons maintenant une bien meilleure idée de ce qui lui arrive, de l’impact de la glace à sa surface et de la hausse des températures », explique Mme Guéguen.

Malgré ce constat positif, la professeure au Département de chimie de l’UdeS perçoit plusieurs menaces pouvant potentiellement bouleverser le portrait. Parmi celles-ci, les apports excessifs de phosphore, la présence d’espèces envahissantes, le développement des algues bleu-vert, les activités récréatives et l’agrandissement du dépotoir de Coventry.

 

(Photo Le Reflet du Lac – Pierre-Olivier Girard)

« Nous avons aussi enregistré plus de 41 jours où l’eau du lac était à plus de 20 degrés Celsius en 2021. Les eaux plus chaudes sont plus sujettes au développement des moules zébrées et autres microorganismes vivant dans le lac. Quand les températures de l’eau sont élevées, les teneurs en oxygène dissout vont diminuer, ce qui pourrait entraîner des conséquences importantes sur les organismes aquatiques, provoquer la dégradation de la matière organique, et donc affecter la qualité de l’eau », prévient Céline Guéguen.

« Il est vraiment important de continuer notre surveillance du lac afin de mieux comprendre comment il va évoluer avec les changements climatiques », a-t-elle fait valoir.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Daniel Gagnon
Daniel Gagnon
6 jours

Restons vigilants: « Malgré ce constat positif, la professeure au Département de chimie de l’UdeS perçoit plusieurs menaces pouvant potentiellement bouleverser le portrait. Parmi celles-ci, les apports excessifs de phosphore, la présence d’espèces envahissantes, le développement des algues bleu-vert, les activités récréatives et l’agrandissement du dépotoir de Coventry. »

Serge dugas
Serge dugas
3 jours

Vos études ne couvrent certainement pas Newport!