Magog: un kiosque à légumes jugé illégal

Par Dany Jacques
Magog: un kiosque à légumes jugé illégal
Benoît Couture aimerait que la Ville de Magog encourage davantage les petits commerçants, comme le kiosque de fruits et légumes qu’elle veut démanteler. (Photo : Le Reflet du Lac - Dany Jacques)

URBANISME. Ancré dans le paysage magogois depuis au moins 30 ans, lunkiosque de fruits et légumes de la rue Merry Nord est jugé non-conforme par la Ville de Magog. Elle réclame même son démantèlement pour le 15 septembre.

Le conseil demande à son propriétaire, Benoît Couture, de se conformer en raison de l’emplacement et de l’apparence de cette structure localisée près du chemin Couture et qu’il loue à une tierce personne. Selon la Ville, ce kiosque doit quitter l’emprise de cette route appartenant au ministère des Transports du Québec (MTQ), car il ne peut se trouver à cet endroit.

Dans une lettre, la Ville indique une série d’infractions en vertu des règlements de zonage applicables dans le secteur.

Outre la présence du kiosque à proximité de la route, on reproche notamment à M. Couture la présence d’un atelier de fabrication de meubles artisanaux à l’intérieur d’un bâtiment accessoire, ainsi que l’entreposage commercial à l’intérieur d’un second bâtiment accessoire.

Ces infractions concernent aussi l’installation d’une enseigne dans un endroit interdit, ainsi que l’interdiction d’utiliser un terrain vacant aux fins d’étalage commercial extérieur.

Couture digère mal les actions de la Ville, surtout que ce kiosque vend des produits frais et régionaux depuis plus de trois décennies. «On aurait pu discuter paisiblement d’un déplacement et comment je pourrais me conformer aux règles d’urbanisme, suggère-t-il. Mais pourquoi recevoir une lettre enregistrée disant que je suis illégal et que je dois démanteler le kiosque? C’est cavalier.»

Ce propriétaire de la pépinière du Grand Ben, un commerce situé à deux pas du kiosque de fruits et légumes, se dit prêt à faire un effort, à condition qu’on aide davantage les petits commerçants à conserver leurs emplois et leurs services de proximité. «Ces gens stimulent l’économie locale et mettent de la vie dans le secteur. Pourquoi mettre des bâtons dans les roues aux petits, quand de plus gros joueurs peuvent vendre presque n’importe quoi en ville», peste-t-il.

La directrice des communications et des technologies de l’information de la Ville de Magog, Claudia Fortin, confirme l’intervention de la Municipalité. Au moment d’écrire ces lignes, elle ne pouvait préciser si le dossier du kiosque près de la route touchait la sécurité des usagers de la route et des clients du commerce.

«Il n’y a pas de droit acquis dans ce dossier, mais le propriétaire pourrait facilement se déplacer en se conformant à la réglementation, dit-elle. On a déjà procédé de cette manière pour d’autres kiosques semblables qui se sont adaptés aux règles du conseil.»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Jj
Jj
3 années

C’est terrible de faire ça à des gens honnêtes qui essaient de gagner leur vie en vendant des produits frais!