Les stations de ski s’en tirent bien dans les circonstances

Par Pierre-Olivier Girard
Les stations de ski s’en tirent bien dans les circonstances
Les stations de ski dans Memphrémagog, dont le Mont-Orford, espèrent que le froid est installé pour de bon après un congé des Fêtes aux allures printanières. (Photo : gracieuseté - Mont-Orford/Marco Bergeron)

HIVER. Confrontées à des imprévus et des conditions météorologiques s’apparentant davantage au printemps qu’à l’hiver, les stations de ski de la région dressent malgré tout un bilan positif du long congé des Fêtes.

À la station de ski Owl’s Head, les gestionnaires se disent « satisfaits » de leurs chiffres, surtout en tenant compte des circonstances qui étaient loin d’être en leur faveur. Les vacances ont débuté par une panne de courant majeure, qui a tenu la station pratiquement fermée durant trois journées.

Heureusement, les activités ont pu reprendre à partir du 26 décembre. « À partir de cette journée jusqu’au 1er janvier, nous avons eu de belles conditions de ski avec une dizaine de pistes ouvertes et nos quatre télésièges en fonction. L’achalandage était au rendez-vous sur les pistes, mais aussi durant nos cours, à nos hébergements ainsi qu’à notre aire de restauration », soutient la directrice des ventes et marketing à Owl’s Head, Katrine Scott.

Évidemment, le redoux et la pluie au début de la nouvelle année ont contraint la montagne à limiter davantage l’accès à certains secteurs, pour éviter d’endommager le couvert de neige. Depuis, le froid hivernal qui semble s’être installé pour de bon a permis de réactiver le travail dans les pistes et d’en ouvrir de nouvelles. « Le retour du froid fait vraiment toute la différence, notamment pour la fabrication de la neige, qui dépend de trois facteurs. Le premier est la température de l’eau que nous contrôlons maintenant grâce à nos investissements dans la station de pompage, qui nous permet de puiser l’eau plus profondément dans le lac Memphrémagog. Toutefois, les deux autres facteurs sont totalement hors de notre contrôle, soit la température de l’air et le taux d’humidité. Même s’il fait sous zéro, s’il y a trop d’humidité, c’est impossible de fabriquer de la neige », précise Mme Scott.

Ce début de saison est similaire du côté du Mont-Orford, où les amateurs de sports d’hiver ont été nombreux à dévaler les pentes entre Noël et le jour de l’An. En raison de la panne d’électricité, qui a freiné uniquement la fabrication de neige artificielle, l’accès au sommet d’Orford n’a été ouvert que le 30 décembre, soit quelques jours plus tard qu’à l’habitude. « En raison de l’épisode de pluie en début d’année, la deuxième semaine du congé de Noël a été plus tranquille, et ce, même si les conditions de glisse étaient vraiment très bonnes, observe le directeur général de la Corporation ski & golf Mont-Orford, Simon Blouin. Certaines journées donnaient l’impression que c’était du ski de printemps, tellement c’était magnifique. En tenant compte des deux semaines de congé, c’est évident que nos chiffres sont en bas de nos moyennes, mais c’est loin d’être catastrophique. On est d’ailleurs bien content que le froid soit de retour ! »

Avec des températures plus normales, le Mont-Orford donne un grand coup avec ses canons à neige depuis les derniers jours pour, non seulement réparer quelques sections déjà ouvertes, mais aussi ouvrir davantage de pistes.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires