Les élus de Magog se laisseront-ils charmer par le nouveau «skatepark»?

Par Pierre-Olivier Girard
Les élus de Magog se laisseront-ils charmer par le nouveau «skatepark»?
«Skatepark» de Magog. (Photo : gracieuseté – Marco Bergeron)

SPORTS. L’engouement entourant le projet d’un nouveau «skatepark» à Magog ne passe pas inaperçu à l’hôtel de ville de Magog, où les élus découvriront bientôt les plans finaux du projet.

Il y a quelques mois, la Ville de Magog a mandaté une firme spécialisée de Montréal pour donner vie, sur maquette, à ce rêve porté par des citoyens et utilisateurs du parc. Il s’en est suivi une série de rencontres en privé avec les principaux artisans du dossier pour améliorer les plans en question, mais aussi pour réfléchir sur différents éléments, dont l’enjeu du financement, les emplacements potentiels et les échéanciers.

À ce sujet, la mairesse Vicki-May Hamm précise que si le projet obtient le feu vert du conseil municipal, ce qui n’est pas encore joué à son avis, il faudra viser un horizon qui va au-delà de 2021. «Personnellement, c’est un très beau projet que je supporte à 100%, assure Mme Hamm. Au cours des trois dernières années, on a investi beaucoup d’argent pour les enfants avec les jeux d’eau. Je pense qu’il est temps de penser à nos adolescents, quoiqu’un «skatepark» rassemble des personnes de toutes les générations.»

«Toutefois, si le budget est au rendez-vous et que les élus donnent leur appui, il faut oublier 2021, prévient-elle. Il y a toute la question des plans et devis, sans compter que les organisateurs doivent se donner du temps pour lancer, comme ils le souhaitent, une campagne de financement dans la population.»

 

Un projet de 800 000$

Selon nos informations, le projet dans sa forme actuelle nécessiterait un investissement d’environ 800 000 $. Au-delà de la campagne de financement, à laquelle pourraient se rattacher des entrepreneurs privés, la mairesse est d’avis que la Ville possède aussi une enveloppe budgétaire. «Chaque année, nous réservons 500 000 $ pour nos parcs et espaces verts. Cet argent ne sert pas seulement à de nouveaux projets, mais aussi à remplacer ou réparer des modules existants. Mais à mon avis, le «skatepark» pourrait être choisi par le conseil municipal comme le prochain projet majeur dans nos parcs», croit la politicienne.

Cette dernière se dit d’ailleurs impressionnée par le travail de ceux qui portent le dossier. En plus d’être très actifs sur le page «Magog – Skate Plaza», ils ont distribué récemment des macarons en forme de roue en invitant les gens à les porter fièrement pour «aider le projet à faire son chemin». «Quand une idée vient de la base et qu’elle est soutenue par des citoyens engagés et motivés, le conseil municipal se doit de l’écouter. Et un «skatepark», c’est beaucoup plus qu’un endroit pour faire de la planche à roulettes. C’est un lieu de rassemblement pour nos jeunes, où les policiers et intervenants peuvent créer des liens vraiment importants. Et ce n’est plus un espace réservé aux jeunes. On voit des familles y passer leur fin de semaine. Et en plus, une fois bien installées, ces infrastructures demandent très peu d’entretien», vante Vicki-May Hamm.

Pour le moment, deux emplacements pourraient accueillir ces installations, soit la pointe Cabana où se trouve le «skatepark» actuel, et le terrain municipal de l’ancien mini-putt (coin Principale Ouest et Place du Club-Memphré).

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Lucie
Lucie
1 année

Gogogo Magog pour la jeunesse enfin😍