L’équipe Bélanger avait des doutes sur le débat

Par Patrick Trudeau
L’équipe Bélanger avait des doutes sur le débat
Nathalie Bélanger admet avoir eu des doutes – non fondés – à la suite du débat du 21 octobre dernier. Elle apparaît ici en compagnie du coanimateur de la soirée, le journaliste Dany Jacques, du Reflet du Lac. (Photo : Le Reflet du Lac – Patrick Trudeau)

RUMEURS. La direction du Reflet du Lac s’est sentie dans l’obligation d’apporter certaines précisions, après que des proches de la candidate à la mairie de Magog, Nathalie Bélanger, aient mis en doute le déroulement du débat électoral du 21 octobre dernier.

À la suite de ce duel politique présenté au Vieux Clocher de Magog, des membres de l’entourage de Mme Bélanger ont laissé entendre que son adversaire Nathalie Pelletier avait bénéficié «d’informations privilégiées» ce soir-là, afin de mieux se préparer et de marquer des points. Les questions, rappelons-le, étaient inconnues des deux candidates.

La rumeur a circulé dans différents milieux au cours de la dernière semaine, jusqu’à venir aux oreilles du Reflet du Lac, l’un des responsables du débat en compagnie de NousTV et la Chambre de commerce Memphrémagog.

Ayant lui-même pris une part active à l’organisation de l’événement, le directeur général et éditeur du Reflet du Lac, Gino Gaudreau, s’est dit estomaqué d’apprendre cette rumeur qui touche directement sa troupe, surtout que tout le déroulement a été planifié rigoureusement afin qu’il n’y ait aucune fuite. «Les questions ont été préparées et choisies par l’équipe rédactionnelle du Reflet à la toute dernière minute, et ont été soumises uniquement à l’animateur principal (Éric G. Langlois) la veille du débat. En incluant Éric et les gens du Reflet, il y a seulement cinq personnes qui ont eu accès à ce contenu. Je conçois mal comment un candidat ou l’autre aurait pu en prendre connaissance à l’avance», s’étonne M. Gaudreau.

«Le Reflet du Lac est un journal sérieux depuis 34 ans, où l’éthique et l’intégrité ont toujours été des valeurs de base», a-t-il ajouté.

Le directeur de la programmation chez NousTV, Reno Longpré, s’est aussi montré surpris lorsque mis au parfum de la rumeur. «Je n’ai rien entendu en ce sens et je serais vraiment étonné que ce soit véridique. Chez nous, c’est rigueur, rigueur. Même moi, je n’avais aucune idée des questions avant mon arrivée au Vieux Clocher», a-t-il relaté.

Intriguée par la rapidité de son opposante à répondre à certaines questions, Nathalie Bélanger avoue avoir partagé ses soupçons avec sa garde rapprochée. «On en a discuté ensemble, et on était presque certain qu’il y avait eu des fuites pour avantager mon adversaire. Mais, on a décidé de garder ça au point mort et de se concentrer sur autre chose. Je suis surprise et déçue de savoir que cette rumeur a fait un bout de chemin, car ce n’était vraiment pas mon intention que ça se propage», a-t-elle laissé entendre.

Mme Bélanger a même dû concéder que son adversaire politique, une enseignante de formation, avait visiblement bien fait ses devoirs avant de s’amener sur la scène du Vieux Clocher. «Si vous me dites que seulement cinq personnes étaient au courant du contenu des questions, je ne vois pas, en effet, comment Mme Pelletier aurait pu y avoir accès. Il faut croire qu’elle était bien préparée et je ne veux surtout pas la discréditer.»

«Je vais m’assurer auprès de ma troupe qu’on ne parle plus de cette histoire», a-t-elle promis, en espérant clore ce dossier une fois pour toutes.

Pour revoir le débat dans son intégralité, cliquez ici

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
trackback
Une plainte «injustifiée» envers Nathalie Pelletier - Le Reflet du Lac
9 mois

[…] la désinformation et corriger plusieurs fausses rumeurs à mon endroit. J’osais croire que la dernière concernait le débat, mais je constate que ce n’est pas terminé», se […]