Le temps presse pour acheter et protéger le mont Foster

Par Dany Jacques
Le temps presse pour acheter et protéger le mont Foster
Michèle Turcotte (mairesse de Saint-Étienne-de-Bolton), Marie-Josée Auclair (présidente du Corridor appalachien), Jacques Drolet (maire de Bolton-Ouest), Mélanie Lelièvre (dg du Corridor appalachien) et Gail Watt (citoyenne de Bolton-Ouest) invitent le public à contribuer généreusement pour protéger et redonner accès au mont Foster. (Photo : Le Reflet du Lac - Dany Jacques)

ENVIRONNEMENT. L’organisme Corridor appalachien sollicite l’aide financière de la population pour protéger le mont Foster à perpétuité, mais le temps presse pour finaliser l’acquisition de ces 217 hectares situés à Saint-Étienne-de-Bolton et à Bolton-Ouest.

La valeur totale du projet de mise en valeur de cette vaste propriété s’élève à 2,5 millions de dollars. À ce jour, 1,7 M$ sont confirmés en argent et en dons de terrains en provenance des gouvernements, du promoteur et de fondations privées.

La présidente du Corridor appalachien, Marie-Josée Auclair, demande maintenant la contribution du public pour amasser la somme nécessaire pour se porter acquéreur de ce sommet de 701 mètres. «Nous avons déjà reçu 150 000 $ du public, mais il nous en reste 350 000 $ à aller chercher avant la fin décembre, prévient-elle. Nous lançons un cri du cœur, car le temps file rapidement pour redonner accès à ce milieu naturel exceptionnel.»

La mairesse de Saint-Étienne-de-Bolton, Michèle Turcotte, insiste sur l’importance pour la population de son village de protéger «son sommet». Ce projet d’acquisition redonnerait également accès à la Tour des Scouts et à un réseau de sentiers. «Nous avons la possibilité que le mont Foster demeure la montagne qu’on a toujours connu et aux bénéfices des générations futures», espère-t-elle.

Le maire de Bolton-Ouest, Jacques Drolet, souhaite le dénouement d’une saga qui perdure depuis une décennie. Il rappelle que ce dossier a divisé sa population avant le référendum de juin dernier approuvant à 76 % ce projet. «J’invite la population à contribuer pour protéger un environnement exceptionnel et pour profiter d’un joyau naturel», invite-t-il.

Pour la directrice générale du Corridor appalachien, Mélanie Lelièvre, il s’agit d’une occasion unique de faire des gains environnementaux considérables. «On aurait préféré ne voir aucune propriété dans le secteur, mais le promoteur a accepté de réduire le nombre de maisons de 70 à 25. Les trois quarts de cette vaste propriété seront donc protégés. Cette superficie est primordiale, car elle se situe au cœur de notre zone d’intervention», explique-t-elle.

Corridor appalachien demande à la population de contribuer le plus rapidement possible, car l’option d’achat sera caduque le 31 décembre prochain. Les sommes gouvernementales disparaîtront aussi en fumée à la même date.

Information et dons au www.corridorappalachien.ca

Depuis sa création en 2002, cet organisme a protégé 13 225 hectares de milieux naturels dans la région des Appalaches du sud du Québec. Cette superficie équivaut à environ 19 000 terrains de soccer ou plus de 2 fois la superficie actuelle du parc national du Mont-Orford.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires