Le Grand Cru sera mis en cale sèche pour d’importants travaux

Par Pierre-Olivier Girard
Le Grand Cru sera mis en cale sèche pour d’importants travaux
Le Grand Cru est en opération sur le lac Memphrémagog depuis douze ans. (Photo : (Photo Le Reflet du Lac - Archives/Pierre-Olivier Girard))

LOGISTIQUE.  Le bateau de croisière Le Grand Cru fera l’objet de travaux spectaculaires dès les prochains jours à l’occasion d’une opération de cale sèche. D’ailleurs, les préparatifs entourant ce chantier ont débuté aujourd’hui au quai MacPherson. 

Comme l’explique la directrice générale adjointe et présidente d’Escapades Memphrémagog, Élyse L’Espérance, cette opération à grand déploiement découle d’une inspection obligatoire de Transports Canada alors que le Grand Cru est en service depuis douze ans.

En plus de l’inspection, l’entreprise en profitera pour mener divers travaux d’entretien et remplacer certaines pièces mécaniques. Des ouvrages imprévus pourraient aussi s’ajouter sur la liste des choses à faire, selon l’inspection.

Pour ce faire, l’entreprise touristique s’est entourée de divers spécialistes dont un architecte naval, pour trouver la meilleure façon d’accéder à des sections du bateau qui se trouvent normalement sous l’eau. Finalement, l’entreprise utilisera des batardeaux, qui sont des caissons en aluminimum. Grâce à leur conception sur mesure, ceux-ci permettront de mettre à sec la coque par section, sans jamais toucher le fond de l’eau. L’option de recourir à des grues pour soulever le bateau hors de l’eau a été envisagée, mais écartée pour diverses raisons. 

«La réflexion entourant cette opération a commencé depuis la conception du Grand Cru, car on savait que c’était quelque chose de très complexe, notamment dû à l’emplacement du bateau, mais aussi par toutes les contraintes que nous devons respecter. Depuis trois ans, nos équipes y travaillent très fort, alors nous sommes très fébriles d’être arrivé au jour J.»

Évidemment, Mme L’Espérance tient à préciser que la durée des travaux et leur avancement dépendront directement de la météo. Par exemple, lorsque les vents sont trop importants, les équipes ne pourront pas y travailler par mesure de sécurité. «Tout le volet installation et déploiement des structures, on sait approximativement combien de temps cela devrait durer. Toutefois, pour les travaux, tout va dépendre de ce qu’on va découvrir avec l’inspection. Il est donc impossible de savoir exactement combien de temps tout cela va durer, mais on parle assurément en terme de semaines», soutient la présidente.

Cette dernière ajoute aussi que cette opération ne peut pas se faire lorsque le lac est gelé.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires