Le député Bélanger intensifie son opposition contre les condos à North Hatley

Par Dany Jacques
Le député Bélanger intensifie son opposition contre les condos à North Hatley
Gilles Bélanger louange la solidarité et la discipline des populations estrienne et du comté d’Orford. (Photo : Le Reflet du Lac/Archives - Dany Jacques)

URBANISME. L’ampleur des inondations au Québec confirme la décision du député Gilles Bélanger de s’opposer à la construction de condominiums au cœur de North Hatley.

Le représentant du comté d’Orford ne partage pas l’avis du conseil municipal de North Hatley et de la MRC de Memphrémagog qui persistent et signent pour obtenir une révision de la zone inondable au centre du village.

Malgré l’avis de spécialistes, qui proposent de modifier les cartes, M. Bélanger croit que le risque est maintenant plus grand et le sera encore plus. «Il y un manque de rigueur lorsqu’on fait les cartes des zones inondables, même si on utilise des technologies récentes», déplore-t-il.

Il suggère plutôt de travailler avec les événements du passé et de bien comprendre comment était le terrain il y a 150 ans. «Il faut réaliser que la nature cherche toujours à reprendre ses droits», ajoute-t-il.

Gilles Bélanger recommande également de comparer les infrastructures et cartes actuelles avec la réalité du terrain il y a 150 ans. «Il faut envisager le pire, ne pas se fier s’il y a eu ou non des inondations depuis les vingt dernières années», recommande-t-il.

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
4 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Dominique Cyr
Dominique Cyr
3 années

Merci monsieur Bélanger. Il y a présentement encore de l’eau derrière le dépanneur autour des pompes d’essence et un peu partout derrière les maisons du secteur en question. Il est temps d’arrêter cette mascarade !!!
Les générations futures n’ont pas besoin de payer pour les erreurs du présent. Une zone inondable est une zone inondable.

Guy Madore
Guy Madore
3 années

Il y a quelques années, s’il avait fallu regarder les cartes d’il y a 150 ans, il n’y aurait probablement pas eu de construction à l’Îlot Tourigny… Le gouvernement provincial devrait concentrer ses actions où les besoins sont réels (ailleurs au Québec). Et laisser nos élus locaux déterminer eux-mêmes comment ils vont développer leur communauté dans le but d’offrir aux gens de toute classe sociale l’opportunité de se loger à North Hatley. Pas juste ceux qui sont capables d’accepter financièrement l’un des plus hauts taux de taxation au Québec!

Josianne Jette
Josianne Jette
3 années
Répondre à  Guy Madore

Il y a 150 ans, on était en 1869, les barrages sur la rivière Magog n’ayant rien avoir avec celui actuel, le niveau de l’eau du lac était plus bas en fait. Je vous invites à visiter https://typiquementmemphremagog.com/lieu/le-marais-de-la-riviere-aux-cerises/, ou encore vous promener sur les sentier et consulter les panneaux d’interprétations. La comparaison n’est pas pertinente.

Par ailleurs, je ne penses pas que ce soit judicieux de mettre à risque des particuliers en leur vendant des maisons qui seront éventuellement au prise avec des problèmes d’inondations et d’assurances sous prétexte de fournir du logement plus accessible. De plus, à voir le type de logement, on s’entant que ça ne vise pas non plus une offre abordable pour la classe moyenne.

J’ai bien des reproches à faire à la CAQ, mais là vous errez. Je penses que c’est correct pour tous nos leaders politiques de s’assurer que l’on fait bien les choses pour l’avenir.

Normand Chaput
Normand Chaput
3 années

Il faudrait peut-être penser autrement? D’un côté on pousse contre un mur et de l’autre on soutient le même mur… Et si le promoteur modifiait son projet de façon à transformer le garage souterrain en conduite d’amenée? Il faudrait bien sûr éviter de laisser de la mécanique de bâtiments au sol. Les coûts de construction supplémentaires seraient couverts par les acheteurs et en cas d’inondation, on ouvre les porte de garages et on laisse passer l’eau 🙂