La facture grimpe pour contrer le sifflet du train, mais des subventions sont possibles

Par Dany Jacques
La facture grimpe pour contrer le sifflet du train, mais des subventions sont possibles
Des aménagements aux passages à niveau sécuriseraient piétons et automobilistes, tout en réduisant au silence le sifflet des trains. (Photo : Le Reflet du Lac/Archives - Pierre-Olivier Girard)

TRANSPORT. La facture pour réduire au silence le sifflet du train est à la hausse, mais de possibles subventions fédérales gardent néanmoins le projet toujours actif au conseil municipal de Magog.

Les partisans de l’abrogation du sifflet de train attendaient impatiemment un suivi des élus depuis quelques mois. La mairesse Nathalie Pelletier leur a fait un demi-cadeau quelques jours avant Noël. «Le dossier progresse, mais la décision finale n’est pas encore inscrite à l’agenda», prévient-elle.

Une mise à jour de l’étude de 2019 conclut à une facture plus salée, qui passerait de 1,5 M$ à plus de 2 M$. Les aménagements requis pour faire cesser le sifflet demeurent les mêmes avec des clôtures et des barrières aux traverses de niveau. S’ajoute toutefois une actualisation des coûts pour expliquer cette variation.

Facture qui poursuivra son ascension, car les élus souhaitent «couper le sifflet» sur tout le territoire magogois s’ils décident de procéder. «Le conseil veut obtenir un portrait plus complet incluant le secteur Venise, et non plus seulement la facture concernant le chemin de fer compris entre la rue Mathieu et le chemin Roy», ajoute Mme Pelletier.

Ces coûts à la hausse n’effraient pas les élus en raison de subventions disponibles, principalement en provenance du gouvernement fédéral. «L’aide financière semble intéressante, car les subventions pourraient couvrir environ 75 % des frais», détaille la mairesse.

À la lumière de ces informations, le conseil a décidé de poursuivre l’analyse du dossier. Les élus prendront une décision finale lorsqu’ils auront en mains l’ensemble des coûts d’aménagement et le montant des subventions, et ce, en fonction des «nombreux autres projets sur la table». 

Les aménagements requis aux passages à niveau, comme des barrières et des clôtures, sécuriseront la circulation des piétons et des automobilistes. Une fois ces passages sécurisés, le train n’a plus besoin d’activer son sifflet pour prévenir les gens.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires