Élections Québec 2022: Gilles Bélanger veut conserver son siège de député dans Orford

Par Dany Jacques
Élections Québec 2022: Gilles Bélanger veut conserver son siège de député dans Orford
Gilles Bélanger (Photo : Le Reflet du Lac - Archives/Dany Jacques)

POLITIQUE. Gilles Bélanger sollicitera un second mandat dans la circonscription d’Orford lors des élections provinciales d’octobre prochain.

Il confirme son intérêt, mais il préfère se concentrer sur des dossiers comme le déploiement d’Internet haute vitesse avant de se lancer en campagne électorale. «D’autres candidats sont déjà en campagne au Québec, mais moi, ce ne sera pas avant le printemps ou l’été prochain, indique M. Bélanger. L’unique facteur qui me ferait changer d’avis est si je ne livre pas la marchandise dans l’exécution de mes projets, ce qui ne semble pas le cas pour l’instant.»

Le représentant de la Coalition avenir Québec (CAQ) et responsable du volet Internet haute vitesse au Québec affirme adorer son travail et ses défis. «Je suis prêt pour d’autres responsabilités dans la continuité, car je suis un homme ambitieux, confie-t-il. C’est toutefois le premier ministre qui prendra ces décisions.»

Comme initialement mentionné, Gilles Bélanger se dit en très bonne posture pour desservir l’ensemble des foyers admissibles à Internet haute vitesse d’ici septembre 2022. Il entend mener à terme quelques dossiers d’ici les élections, comme les 48 places de la Maison des aînés et alternative de Magog.

Le député d’Orford souhaite aussi accélérer le processus d’agrandissement du parc national du Mont-Orford, même s’il se sent les mains liées dans ce dossier. «Les négociations pour acquérir des terrains sont très lentes, mais j’espère que des audiences publiques du BAPE auront lieu cette année», ajoute-t-il.

S’il est élu, Gilles Bélanger prévoit stimuler le développement quatre saisons du Mont-Orford, les investissements privés et durables en périphérie du parc national en plus d’attirer plusieurs familles. Il projette aussi de dorloter les régions qui ont été négligées au cours des dernières décennies, selon lui «Je crois que le Québec pourrait se démarquer à l’échelle internationale par sa connectivité efficace dans les régions», estime-t-il.

Il se dit prêt à affronter n’importe qui, même l’ancienne mairesse de Magog, Vicki-May Hamm, qui a déjà mentionné publiquement son intention de briguer les suffrages sur la scène provinciale.

En 2018, Gilles Bélanger avait obtenu 40% des voix, comparativement au libéral Guy Madore qui a pris la seconde position avec 25% du scrutin.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
3 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Daniel Gagnon
Daniel Gagnon
5 mois

Gilles Bélanger n’est malheureusement pas le candidat idéal pour la protection de notre environnement…

Last edited 5 mois by Daniel Gagnon
Steeve Cloutier
Steeve Cloutier
5 mois

Giles Bélanger,comme la plupart des élus de la CAQ, ont ét éélu parce que la population en avait assez de toutes les magouyilles politiques des libéraux. De toute évidence, ce parti n’est pas mieux que les autres et à voir le désastre social qu’ils ont créé, la disparition complète de la CAQ est grandement souhaité.

Daniel Gagnon
Daniel Gagnon
5 mois

Il faudra, d’ici les élections, un gros changement d’attitude de la part de Gilles Bélanger, député d’Orford, surtout en ce qui concerne la protection de notre majestueux Memphrémagog et de notre magnifique mont Orford.

Notre eau potable (pour 175,000 personnes) reste menacée et les idées de développement de Gilles Bélanger autour de notre merveilleuse montagne sont très inquiétantes.

Ce qui s’est passé à Owl’s Head ne donne pas du tout confiance aux électeurs et électrices…

Last edited 5 mois by Daniel Gagnon