Eastman: le lac d’Argent s’attaque à son tour au myriophylle à épi

Par Dany Jacques
Eastman: le lac d’Argent s’attaque à son tour au myriophylle à épi
Le déploiement des toiles synthétiques au lac d’Argent a duré trois jours. (Photo : (Photo gracieuseté – Radio-Canada))

ENVIRONNEMENT. L’Association des résidents pour la protection du lac d’Argent (ARPELA) a pris le taureau par les cornes pour contrôler la prolifération du myriophylle à épi.

À l’instar des lacs Lovering et Stukely, notamment, cette organisation a déployé des toiles synthétiques sur une partie de ce plan d’eau d’Eastman durant la semaine du 15 juillet. Elles ont été installées à proximité des rives sur une superficie d’environ 1300 mètres carrés (14 000 pieds carrés).

Selon le porte-parole de l’ARPELA, Raymond Dorval, l’objectif consiste à étouffer cette plante aquatique qui a tendance à se répandre facilement et rapidement. «Elle prendra trop d’expansion, si on ne fait rien, insiste-t-il. Mais on devra refaire annuellement cette opération, car on ne pourra jamais en venir à bout».

Le myriophylle à épi est mort après deux mois et demi sous les toiles, qui seront par la suite déplacées sur le lac. Ces mêmes toiles seront remisées pendant l’hiver et réinstallées à d’autres endroits sur l’eau l’été prochain.

(Photo gracieuseté – Radio-Canada)

L’objectif de cette association consiste à maintenir la qualité de l’eau du lac, ainsi qu’à prévenir la pollution et le réchauffement du plan d’eau. De plus, la baignade et la navigation seront par exemple plus agréables. Ces activités nautiques risquent de disparaître sans ce type d’intervention.

Dorval signale qu’une trop grande présence du myriophylle à épi dans un lac risque de causer des impacts économiques. «La valeur des maisons peut diminuer, tout comme les revenus de taxes des municipalités», prévient-il.

Cette opération coûte cependant beaucoup d’argent pour une petite organisation comme l’ARPELA. La Municipalité d’Eastman a accepté de remettre une subvention de 40 000 $ si les membres du groupe pouvaient injecter 20 000 $, ce qui fut fait. Un total de 60 000 $ a donc permis de réaliser cette première au lac d’Argent.

L’ARPELA aura néanmoins besoin de fonds supplémentaires dès l’an prochain pour répéter cette opération à faire annuellement pour être efficace.

(Photo gracieuseté – Radio-Canada)
Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires