Cale-sèche: les travaux sur le Grand Cru arrêtés pour l’hiver

Par Pierre-Olivier Girard
Cale-sèche: les travaux sur le Grand Cru arrêtés pour l’hiver
La première partie de l'inspection était concentrée à la partie arrière du bateau, où se trouve la mécanique. (Photo : gracieuseté - Marc Lamontagne)

NAVIGATION.  Les importants travaux de cale-sèche effectués sur le Grand Cru ont été mis sur pause depuis le 27 novembre dernier pour reprendre au printemps prochain.

Comme l’explique la présidente et directrice générale adjointe d’Escapades Memphrémagog, Élyse L’Espérance, cet arrêt temporaire était déjà prévu dans les échéanciers. Au cours des dernières semaines, les experts ont été en mesure de compléter l’inspection du volet mécanique de l’imposante embarcation. Des travaux de peinture ont également été effectués dans la partie arrière de la coque.

«Dans nos scénarios les plus optimistes, on aurait aimé avoir terminé l’inspection à ce moment-ci. Toutefois, étant donné que c’est une opération qui n’a jamais été faite et qui est très complexe, la procédure a nécessité plus de temps que prévu, ce qui a retardé quelque peu les travaux. On est tout de même très content, car le volet mécanique était le plus gros morceau à effectuer», explique Mme L’Espérance. 

Ces légers contretemps obligeront tout de même l’entreprise touristique à retarder la prochaine mise en service du Grand Cru. Plutôt que d’effectuer une première sortie vers la mi-mai 2023, le catamaran accueillera ses premiers voyageurs en juin. « Ce n’est pas comme si le retard affectait nos mois les plus occupés, comme juillet. En mai, il y a moins de sorties en semaine et le week-end. C’est donc un moindre mal pour nous », ajoute-t-elle.

La femme d’affaires se réjouit que l’inspection n’ait révélé aucune mauvaise surprise, du moins, jusqu’à présent. Au contraire, les résultats ont de quoi réjouir l’entreprise puisque le bateau de croisière est dans un très bon état, et ce, malgré ses douze années d’opération. «Le bateau a vraiment bien vieilli. On avait hâte de voir l’évolution de sa condition après tant d’années et tout le monde est agréablement surpris. Évidemment, le fait d’être dans l’eau douce y est pour beaucoup. Les conditions sont vraiment optimales.»

Pour ceux qui se posent la question, les batardeaux utilisés pour la cale sèche ont été laissés au quai MacPherson jusqu’à la reprise des travaux. Ces équipements ont été stratégiquement disposés près du bateau, selon Élyse L’Espérance, pour les protéger de la glace et les rendre facilement accessibles au printemps. La gestionnaire assure, du même souffle, que les batardeaux ne touchent pas le fond du lac et seront retirés dès la fin de ce chantier, qui a commencé au début novembre.  

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires