Rétro 2018: de grands disparus de la scène politique

Rétro 2018: de grands disparus de la scène politique

Le décès de l'ex-maire Paul-René Gilbert a retenu l'attention au cours de la dernière année.

Crédit photo : (Photo Le Reflet du Lac – Archives/Dany Jacques)

RÉTRO. Dans le décompte des personnalités disparues en 2018, c’est possiblement la classe politique qui est le plus touchée.

L’ancien maire de Magog, Paul-René Gilbert, s’éteint notamment le 23 septembre à l’âge de 81 ans.

Cet homme d’action, à qui l’on doit entre autres l’aménagement de la promenade à la Baie-de-Magog, a été premier magistrat de la municipalité de 1986 à 1994.

Un de ses anciens collègues du conseil municipal, Roger Crevier, décède lui aussi quelques jours plus tard, à l’âge de 94 ans. M. Crevier a siégé comme échevin durant 16 ans à Magog (1986 à 2002) ainsi que durant 8 ans dans l’ancien Canton de Magog.

Un autre ancien échevin magogois, Olivier Tremblay (2009 à 2013), meurt au début du mois de décembre. M. Tremblay est toutefois davantage connu pour son rôle d’ancien président des Cantonniers, un poste qu’il a occupé durant 10 ans.

Le 21 juillet 2018, l’ancien député de Brome-Missisquoi Pierre Jacob (NPD) nous quitte à l’âge de 65 ans.

Élu en 2011 dans la foulée de la vague orange et de son chef Jack Layton, M. Jacob avait connu une fin de mandat difficile en raison d’ennuis de santé. Il ne s’était d’ailleurs pas représenté au scrutin de 2015.

Parmi les autres disparus de 2018, mentionnons les départs de Bianca Bolduc (un exemple de détermination face au cancer), Sonia Maheu (qui militait pour le don d’organes), Rosaire Pomerleau (un pionnier de l’aréna de Magog) et Suzanne Garneau (grande bénévole du patinage artistique).

Poster un Commentaire

avatar