Une solidaire de 26 ans veut bousculer les «vieilles structures»

Une solidaire de 26 ans veut bousculer les «vieilles structures»

Les porte-paroles de Québec solidaire, Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois, entourent leur candidate dans Orford, Annabelle Lalumière-Ting.

Crédit photo : (Photo gracieuseté)

POLITIQUE. Âgée de 26 ans, la candidate de Québec solidaire (QS) dans Orford, Annabelle Lalumière-Ting, souhaite contribuer au changement du paysage politique en «bousculant les structures déjà en place, de vieilles structures décrépies créées par de vieux partis dépassés».

Cette étudiante à la maîtrise en relations internationales et éducatrice dans les CPE de la région ne passe pas par quatre chemins malgré sa faible expérience politique. Elle affirme que sa place est en politique auprès des gens prêts à opérer un changement démocratique majeur. Elle assure ne pas avoir peur de se positionner afin de susciter la discussion.

«J’adore ma première campagne électorale. C’est passionnant. Je ferais juste ça, mais on doit aussi étudier et travailler», résume-t-elle.

Parmi les enjeux qu’elle entend mettre de l’avant, notons la protection des lacs et des rivières, ainsi que des bassins versants les desservant. «Nous avons de grands lacs dans le comté avec beaucoup d’activités humaines. Les préoccupations sont grandes, surtout que le lac Memphrémagog est la source d’eau potable pour près de 200 000 personnes à Magog et à Sherbrooke», prévient-elle.

Le défi du transport en commun l’interpelle également. Elle souhaite rendre accessible financièrement et physiquement le transport collectif dans le comté, tout en créant un système représentatif des besoins de la région. «On doit améliorer le transport en commun à l’intérieur du comté, mais aussi entre Magog et Sherbrooke», insiste-t-elle.

Elle endosse les inquiétudes du Comité de vigie de l’hôpital de Magog, qui réclame la fin des compressions et le maintien des services de santé.

Abaisser les écarts de richesse demeure un engagement ferme pour cette représentante de QS. Pour ce faire, elle prône des actions véhiculées par son parti, comme le salaire minimum à 15 $.

S’ajoute «la clause Bombardier», une promesse de QS qui consiste à forcer les entreprises qui reçoivent de l’aide de l’État à payer leurs hauts dirigeants au maximum 30 fois plus que leur plus bas salarié.

2
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
David BolducMichel De Lierre Recent comment authors
Michel De Lierre
Invité
Michel De Lierre

De bien belles promesses mais… Est-ce que ce sont les milliards de promesses de Québec Solidaire qui feront la différence ? Où prendront-ils tous l’argent pour les réaliser ? La population ne doit pas voter juste sur des promesses à la volée, il doivent réfléchir sur les conséquences de ces promesses ? La politique ne se fait pas juste de belles paroles pour séduire l’électorat, il faut savoir comment les mettre en place pour le bien commun des Québécois et sans pour autant défavoriser les uns pour donner aux autres ? Qu’entendez-vous faire pour concrétiser la protection des lacs et… Read more »

David Bolduc
Invité
David Bolduc

Beaucoup de réponses sont disponibles dans les médias. Je vous invite notamment à regarder la table éditoriale tenue pas Le Devoir avec Manon Massé.