Il a traversé le Canada à vélo pour son neveu

Il a traversé le Canada à vélo pour son neveu

Le cycliste s'est équipé d'un vélo hybride tout simple à 350 $ pour sa traversée, afin de prouver qu'avec le minimum et beaucoup d'efforts, tout est possible.

Crédit photo : Photo gracieuseté

EXPLOIT. Originaire de Magog, Simon Lacasse vient de terminer sa traversée du Canada à vélo. Sa motivation: son petit neveu Nicolas âgé d’un an, opéré pour un kyste au cerveau.

Par Maryse Mathieu

L’enseignant d’éducation physique au primaire est parti le 9 juin dernier et a terminé son périple à pédales le 8 août dernier, à Saint-Jean de Terre-Neuve. Une aventure solo de plus de 7000 km en 60 jours. «Ça passé vite! J’avais prévu 70 jours», lance le sportif qui a parcouru Vancouver-Gatineau en 39 jours, du lever au coucher du soleil.

L’homme de 32 ans en pleine forme, habitant l’Outaouais depuis quelques années, s’était d’abord lancé l’idée de cette traversée comme défi personnel en décembre dernier. Puis, le projet s’est transformé dans le but d’amasser des dons pour la Fondation de l’Hôpital de Montréal pour enfants, où son petit neveu d’un an y a subi des opérations à trois et neuf mois de vie. Jusqu’à maintenant, 1230 $ ont été récoltés en ligne via le lien «Simon de Magog» sur le site web de la Fondation, dans la section collecte de fonds.

Le cycliste s’est équipé d’un vélo hybride tout simple à 350 $ pour sa traversée, afin de prouver qu’avec le minimum et beaucoup d’efforts, tout est possible.

Crevaison et tique

M. Lacasse relatait ses journées à vélo sur Facebook, agrémenté de photos des routes et campings de son itinéraire. «J’ai eu une seule crevaison, en Saskatchewan», se souvient-t-il, mentionnant que son pire ennemi était le vent, malgré de la pluie ou même la canicule.

Une autre mésaventure l’a toutefois fait sourciller le même jour: il a retrouvé une tique piquée à son torse. «Elle a passé à travers deux chandails, s’étonne l’aventurier. Mais c’était une tique des bois. Elle n’est pas dangereuse.»

Il indique avoir été rassuré à propos de l’insecte par un couple de cyclistes qui avait décidé de faire un bout de route avec lui. «Ils connaissaient ça. Je les ai croisés à Vancouver et ils ont roulé avec moi jusqu’à Sudbury (Ontario), se réjouit M. Lacasse. On s’épaulait. On a fait 4000 km ensemble.»

Détour à Sherbrooke

Pédalant majoritairement sur la route Transcanadienne, M. Lacasse a décidé de bifurquer à Sherbrooke pour y voir son petit neveu, à la fin de juillet. «C’était très émotif. Toute la famille était là, a-t-il apprécié. Nicolas a eu un an pendant mon voyage.» L’enfant qui a souffert d’hydrocéphalie, en raison du kyste qui s’était logé dans son cerveau, devra subir d’autres chirurgies, notamment pour modifier un drain, selon sa croissance.

L’enseignant dit avoir bien hâte de retrouver ses élèves pour leur donner le goût de pédaler, mais aussi pour leur raconter que tout est possible, selon lui, avec des efforts.

Poster un Commentaire

avatar