Un jeune politicien qui a sa communauté tatouée sur le cœur

Par Pierre-Olivier Girard
Un jeune politicien qui a sa communauté tatouée sur le cœur
David Auclair (au centre) et sa famille sont bien connus pour leur engagement social, eux qui ont notamment accueilli en 2018 une famille irakienne en exil. (Photo : Le Reflet du Lac – Archives/Dany Jacques)

POLITIQUE. Même s’il n’est élu que depuis quelques semaines, le nouveau maire de Saint-Étienne-de-Bolton est sans doute l’un des résidents les plus connus de son village en raison de ses mille et une implications sociales.

David Auclair est au cœur de plusieurs initiatives dans la région de Memphrémagog cours des dernières années, notamment avec sa conjointe Emmanuelle Vincent-Racicot. Par exemple, ils sont derrière les projets de frigo et de friperie communautaires, auxquels d’autres volets pourraient s’ajouter sous peu. Le duo avait aussi fait les manchettes, en 2018 pour avoir accueilli à son domicile une famille irakienne, qui avait fui son pays pour trouver refuge au Canada.

Même s’il avait déjà été approché pour solliciter un mandat, le principal intéressé ne s’attendait pas à faire le saut en 2021.  «J’étais un peu triste de voir que personne ne s’était manifesté pour remplacer l’ancien conseil municipal, dont tous les membres ont quitté en même temps. J’avais déjà beaucoup de projets en marche, mais il fallait que quelqu’un lève la main et c’est ce que j’ai fait. En deux heures, on avait déjà une vingtaine de noms pour des candidats potentiels», raconte le père de famille.

Finalement, tous les membres du conseil municipal ont été élus par acclamation. Il s’agit de Harry Bird (siège 1), Anne-Marie Demers (siège 2), Nicolas Berger (siège 3), James Penny (siège 4), Joël Brulotte (siège 5) et Alexandre Berger (siège 6). «On a la chance de miser sur une équipe diversifiée dans nos champs de compétence. Ce sont tous des gens qui ont la communauté à cœur, vante-t-il. Personne ne le fait pour le titre ni l’aspect financier.»

David Auclair compte poursuivre le développement de Saint-Étienne-de-Bolton dans la même lignée des dernières années, notamment en misant sur l’agriculture durable et locale, et un environnement sain. «On vient à peine d’être élu, alors il nous faudra un peu de temps pour apprendre les dossiers. Heureusement, la planification stratégique a été mise à jour il y  a deux ans, alors nous avons une liste de plus de 100 dossiers ou objectifs à réaliser. Ce n’est pas le travail qui va manquer!», conclut celui qui est également président de l’Association québécoise de la volaille Chanteclerc.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires