Magog: le défi ambitieux de transformer un îlot de chaleur en espace de fraîcheur

Par Pierre-Olivier Girard
Magog: le défi ambitieux de transformer un îlot de chaleur en espace de fraîcheur
Les travaux d'aménagement pour donner vie à l'Espace Saint-Luc pourraient se faire dès 2023. (Photo : Le Reflet du Lac – Patrick Trudeau)

PARC. Le futur visage de l’Espace Saint-Luc, qui est au cœur d’importants travaux de décontamination, se dessine de plus en plus alors que la Ville de Magog vient de dévoiler un premier plan d’aménagement.

Les personnes demeurant à proximité de ce grand espace où se trouvaient auparavant les travaux publics municipaux et l’écocentre assisteront à une véritable métamorphose. Grâce à un investissement de près de 900 000 $, dont 75% de la facture est subventionnée, la Ville transformera cet îlot de chaleur en espace de fraîcheur.

«C’est un projet assez novateur qui nécessitera beaucoup de sensibilisation, car ce ne sera pas un parc comme les autres. Plutôt que d’avoir du gazon, ce sera davantage des espaces naturels avec plus d’arbres, des bassins de rétention et des sentiers pédestres», soutient Josiane K. Pouliot, coordinatrice de la division Environnement à la Ville de Magog.

Il n’y aura pas non plus de modules de jeu standards comme dans un parc traditionnel, ce qui n’empêchera pas les enfants d’y lâcher leur fou, comme l’explique Janie Lezoma, conseillère en environnement à la Ville de Magog. «Les jeunes pourront bouger plus librement avec de grands espaces pour courir et s’amuser, mais toujours dans le respect de la nature qui y sera abondante. Il y aura aussi une butte pour glisser durant l’hiver et des tables de jeu comme du tennis sur table», donne en exemple Mme Lezoma.

Cette dernière souligne l’intégration d’une zone clôturée pour l’agriculture urbaine, ce qui sera une première dans un parc municipal.

Magog prévoit aller en appel d’offres pour les plans et devis en 2022. Si bien que l’essentiel des travaux pourrait se faire dès l’année suivante. «Les gens pourront s’approprier les lieux rapidement, mais il faudra des années avant de pouvoir retirer le plein potentiel de ce nouveau parc en termes de biodiversité», prévient Janie Lezoma.

 

MOINS SUFFOQUANT EN ÉTÉ

Au-delà d’aménager un nouvel espace public, ce projet apportera beaucoup de bienfaits pour la santé et la qualité de vie des résidents du secteur, selon Jean-Nicolas Côté, étudiant au doctorat en géomatique appliquée de l’Université de Sherbrooke.

Ce dernier explique que durant la plus récente saison estivale, Magog a enregistré à cet endroit des températures supérieures à 11 °C par rapport à la station météorologique d’Environnement Canada située aux abords du lac Memphrémagog. «On savait qu’il y avait une différence de température entre les deux endroits, mais jamais de cette importance. En transformant cet espace en îlot de fraîcheur, avec beaucoup de végétation, la chaleur se dissipera beaucoup mieux, ce qui permettra à terme d’enregistrer des températures similaires à celles captées au quai MacPherson», prévoit M. Côté.

Pour plus d’information: ville.magog.qc.ca/espace-saint-luc

 

Exemples de modules et d’espaces qui pourraient être aménagés:

  • Butte de glisse hivernale
  • Placette centrale avec table de jeux, tennis sur table et gazebo
  • Zone de classe extérieure
  • Terrain de pétanque
  • Modules d’entraînement
  • Zone d’agriculture urbaine avec grand conteneur pour le rangement
  • Évocation de l’ancienne voie ferrée
  • Zone pique-nique
Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Daniel Faucher
Daniel Faucher
1 mois

Voilà un projet très intéressant.
La grande question qu’il me pose est celle-ci: comment se fait-il qu’à environ 1 km de là, sur le site de l’école de La Ruche, la Ville était prête à laisser déboiser 16 000 mètres carrés de forêt urbaine pour permettre la construction d’un aréna à deux glaces?
Personne des conseils municipaux successifs, depuis le début de ce projet pharaonique à La Ruche en 2013, ne s’en est publiquement dissocié.
Heureusement que les subventions pour réaliser LÀ ce projet d’aréna n’ont pas été obtenues et ont forcé le projet à se réaliser sur le site de l’aréna actuel (sans aucun déboisement, faut-il le rappeler).
Si le projet de réhabilitation verte du site de la rue St-Luc doit être salué avec plaisir, on peut tout de même se questionner sur la cohérence des décideurs municipaux qui, dans le même temps, étaient prêts à créer un nouvel îlot de chaleur à La Ruche (et à priver ainsi la population et les étudiants d’un îlot de fraicheur) tout en créant un îlot de fraicheur compensatoire sur le site de l’ancien écocentre de la rue St-Luc.