Nouveau règlement sur les espaces verts: le Canton d’Orford maintient le cap malgré la tourmente

Par Pierre-Olivier Girard
Nouveau règlement sur les espaces verts: le Canton d’Orford maintient le cap malgré la tourmente
Le nouveau règlement sur les espaces verts du Canton d'Orford est entré en vigueur en juillet dernier. (Photo : gracieuseté - Marco Bergeron)

RÉGLEMENTATION. L’entrée en vigueur d’un nouveau règlement au Canton d’Orford, qui permet à la Municipalité de retenir un 15% additionnel de la superficie d’un terrain résidentiel à des fins d’espaces verts, ne s’est pas faite sans heurt depuis deux mois. En plus d’un article sur le sujet publié par La Presse, plusieurs citoyens ont interpellé les élus lors de la dernière séance du conseil municipal.

Comme l’explique la mairesse Marie Boivin, toute demande de permis de lotissement ou de construction était déjà conditionnelle à une contribution aux fins de parcs, de terrains de jeux ou d’espaces verts, et ce, depuis plusieurs années. Cette contribution ne peut pas dépasser 10% de la superficie ou de la valeur du site visé, et peut prendre la forme d’une cession de terrain ou d’une contribution financière.

Toutefois, depuis juillet dernier, le Canton d’Orford a adopté un nouveau règlement qui lui permet, en plus de ce 10%, d’obliger un propriétaire à céder à la Municipalité un 15% additionnel de son terrain. Cette nouvelle notion s’applique seulement dans le secteur central, soit au sud de son territoire.

«Le but de cette mesure est de préserver des espaces verts ou encore des milieux humides. L’autre objectif est d’utiliser ultimement ces parties de terrain pour mettre en place une connectivité entre les secteurs plus urbains, avec l’aménagement de sentiers pour faciliter le transport durable comme la marche, le vélo et même le ski de fond en hiver», explique Marie Boivin.

Cette dernière comprend que ce changement a des impacts importants sur les propriétaires concernés, qui seraient au nombre de six à ce jour. «C’est regrettable pour eux et je peux comprendre leur réaction. Mais en même temps, ce nouveau règlement n’a pas été fait en catimini, à la dernière minute, et en plus, il n’empêche pas de construire leur maison», précise la mairesse.

«Il découle d’une série de consultations publiques et beaucoup de travail, poursuit-elle. Les nouveaux résidants l’ont peut-être appris par surprise, mais les gens qui demeurent ici depuis quelques années étaient au courant. Je demeure convaincue que notre vision est partagée par la très grande majorité de la population, car elle s’inscrit parfaitement avec notre plateforme électorale.»

La politicienne rappelle que ce nouveau règlement a été adopté dans une vision à long terme pour préserver l’environnement, combattre les changements climatiques et protéger l’identité «verte et «naturelle» d’Orford face à la pression du développement immobilier.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires