La maison des aînés abritera aussi une seconde clientèle

Par Dany Jacques
La  maison des aînés abritera aussi une seconde clientèle
Assistaient à la symbolique première pelletée de terre : Nathalie Sheehan, directrice du programme soutien à l’autonomie des personnes âgées, Danika Manseau, directrice des programmes de la déficience intellectuelle, trouble du spectre de l'autisme et déficience physique, Robin-Marie Coleman, pdg adjointe au CIUSSS de l’Estrie – CHUS, Jacques Fortier, président du conseil d’administration du CIUSSS de l’Estrie – CHUS, Gilles Bélanger, député d’Orford, Adriana Multescu, directrice à la Société québécoise des infrastructures, Mathieu Poirier, chargé de projet à la Société québécoise des infrastructures, et David Gosselin, pdg de Gératek. (Photo : Le Reflet du Lac – Dany Jacques)

SANTÉ. La pelletée de terre symbolique de la maison des aînés et alternative de Magog pavera la voie à 24 places pour des personnes âgées et à 24 autres pour des adultes ayant une déficience physique, intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme.

Quatre immeubles seront construits au coût de 40 M$ à l’angle du chemin Southière et de la rue Principale Ouest. Le chantier s’est activé au cours des derniers jours. Les premiers occupants arriveront à l’automne 2022.

Le député d’Orford, Gilles Bélanger, a souligné les efforts du CIUSSS de l’Estrie-CHUS et de la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, pour livrer la marchandise.

«Aujourd’hui est un grand jour, car nous avions promis de réaliser ces milieux de vie innovateurs et chaleureux avant les prochaines élections provinciales, rappelle-t-il. C’est un très beau projet pour Magog sur le plan économique et social, d’autant plus que les 24 places pour les personnes âgées s’ajouteront à la trentaine à venir bientôt en longue durée à l’hôpital de Magog.»

Danika Manseau, directrice des programmes de la déficience intellectuelle, trouble du spectre de l’autisme et déficience physique au CIUSSS de l’Estrie, est convaincue que les futurs résidents se sentiront «comme chez eux» dans l’une des quatre maisonnées. «Les deux clientèles ne partageront pas le même immeuble, mais les deux groupes pourront profiter d’un emplacement formidable. Certains pourront même se rendre jusqu’au lac ou au centre-ville en fauteuil roulant.»

Mme Manseau apprécie le concept des maisonnées. Selon elle, chaque groupe de 12 personnes pourra ainsi créer des affinités. Les familles seront également sollicitées pour que les besoins de chaque résident soient comblés.

L’Estrie aura bientôt 264 nouvelles places dans les maisons des aînés et alternatives de Sherbrooke, Granby et Magog. Le futur établissement de Coaticook n’hébergera que des personnes âgées. Le nombre de places réservées aux deux clientèles a été établi en fonction des besoins de chaque région.

Consciente que ces places risquent fort d’être convoitées, la direction du CIUSSS de l’Estrie définit actuellement des critères bien précis pour sélectionner la clientèle.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
4 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
renaud thomas
renaud thomas
2 jours

À $800,000 par résident, j’espère bien que ça va être innovateur et chaleureux, mais combien d’autres aînés devront se contenter de peu, ce qui me semble une démesure pour ces logements privant les gouvernements de ressources financières pour des logements abordables.

Daniel Faucher
Daniel Faucher
1 jour
Répondre à  renaud thomas

Bien dit monsieur Thomas.

Philippe Poisson
Philippe Poisson
2 jours

Bravo Gératek pour l’obtention de ce projet!

Claire Garon
Claire Garon
1 jour

Étant donné la pénurie de personnel soignant qui prendra beaucoup de temps à se régler et le désir des québécois plus âgés de demeurer chez eux le plus longtemps possibles avec assistance adéquate,plusieurs se questionnent sur le bien-fondé de ce type de projets.